L'environnement économique actuel ne serait pas favorable, selon eux, à de tels investissements pour le moment.

Les nouvelles peu réjouissantes commencent à pleuvoir du côté des constructeurs depuis quelques semaines suite à la crise sanitaire. En effet, après les multiples annonces de restructuration, de fermeture d'usines ou encore de suppression d'emplois, certains constructeurs annoncent également la suspension de certains investissements liés aux technologies futures.

C'est le cas de Daimler et BMW qui ont annoncé, vendredi 19 juin 2020, l'interruption "pour le moment" de leur coopération dans le développement de voitures autonomes, évoquant un "environnement conjoncturel" défavorable.

Si le projet commun, qui visait à développer la "prochaine génération de véhicules autonomes", peut être "redémarré plus tard", les deux groupes estiment qu'"étant donné l'important investissement nécessaire" et "l'environnement conjoncturel", "ce n'est pas le bon moment pour réaliser avec succès la coopération".

Rappelons que Daimler et de BMW ont signé un accord de coopération stratégique et à long terme, au début de l'année 2019, portant notamment sur la conduite autonome sur autoroute et des systèmes permettant aux véhicules de se garer sans intervention humaine. L'arrêt des travaux intervient après une "évaluation intensive" et la décision a été prise d'un commun accord, affirment les deux entreprises qui se concentreront désormais sur leurs propres projets en la matière.

Les deux groupes poursuivront ces développements "avec les partenaires actuels", comme Intel, Fiat et Mobileye du côté de la firme bavaroise. Daimler, déjà associé à Bosch, "étudie des options avec des partenaires en dehors du secteur automobile" pour avancer dans le domaine de la voiture connectée.

Les deux géants allemands ont tenu toutefois à rassurer puisque leur coopération concernant les services de mobilités, comme le service d'autopartage Share Now ainsi que les plateformes de VTC et de réservation de taxis Free Now, se poursuivront comme prévu.