Toutes les suppressions annoncées concernent des postes à responsabilité, les effectifs de production ne sont pas concernés.

Dans le cadre d'un plan de restructuration nécessaire à la réorganisation des activités de l'entreprise, Volvo avait déjà tablé, avant la crise sanitaire, sur un plan visant à faire des économies à long terme.

Un plan quelque peu accéléré avec la crise sanitaire qui sévit actuellement dans le monde puisque Volvo, comme de nombreux autres constructeurs, n'est pas épargné. La firme scandinave pense déjà à mettre quelques projets en pause pour faire face à la crise actuelle.

"Bien que ces notifications s'inscrivent dans le cadre de la réorganisation en cours des activités de l'entreprise − conformément à ses ambitions à long terme et la nécessité de réduire les coûts − la pandémie de coronavirus a accru la pertinence des mesures annoncées aujourd'hui", a expliqué Volvo.

De ce fait, 1300 emplois de cadres, uniquement en Suède, vont être supprimés. Rappelons que la marque emploie environ 25'000 personnes dans le pays. L'entreprise précise également que "les opérations manufacturières de l'entreprise ne seront pas touchées". Volvo doit encore rencontrer les syndicats et négocier avec eux pour établir la nature exacte et le nombre précis de suppressions d'emplois qui seront décidées au cours des prochains mois.

"Volvo Cars a pour objectif de conduire une transformation dans des domaines tels que le commerce en ligne, l'électrification, la conduite autonome et les nouveaux modèles de mobilité. Si l'entreprise a investi et s'est considérablement développée dans ces domaines, elle vise maintenant à réduire ses activités dans des domaines non prioritaires afin de soutenir sa croissance à long terme", précise la marque au sein d'un communiqué.