Une voiture aussi folle que désavouée par Enzo Ferrari.

Quand on parle d'atelier de préparation, on pense à BMW MMercedes-AMG, Audi Sport ou encore Toyota Gazoo Racing. Si on pense à des garages privés, mais ayant des relations avec les marques, on pense à NovitecABT SportslineAlpina ou encore G Power, et la liste est encore longue. Par contre dans les années 70-80, la préparation était réservée à des garages qui devaient parfois composer avec la colère des marques des voitures modifiées.

Un peu comme Ferrari et Koenig Specials. Si ce nom ne vous dit rien ou presque, c'est normal. Le préparateur munichois a disparu dans les années 1990. Mais avant cette assassine décennie, Koenig Specials était une marque respectée et réputée dans le milieu de la préparation dans les années 1980.

Pourquoi nous vous parlons cette marque maintenant ? Et bien car il y a actuellement un exemplaire en vente. Une voiture qui a atteint une puissance et une vitesse maximale encore inégalée pour l'époque. 

En effet, la sobre Testarossa que vous voyez ici n'est autre qu'un monstre de puissance. 902 chevaux et 340 km/h en vitesse de pointe. On est bien loin des 428 chevaux produits par la voiture de série. Ce modèle à coûté neuf 350'000 Deutsch Mark en 1987 (environ 540'000 euros) et est aujourd'hui proposé à 225'000 euros chez Waterside Exclusive. Sous ses airs de voiture tout à fait "commune" se cache une véritable machine.

Koenig Specials TR Competition
Koenig Specials TR Competition
Koenig Specials TR Competition
Koenig Specials TR Competition

Comment gagner facilement en puissance ? En intégrant seulement un turbo ? Sauf que pour Willy König, le créateur de l'atelier de tuning, ce n'est pas assez. C'est pourquoi il ne s'agit pas d'une Testarossa Turbo, mais d'une Testarossa Twin Turbo.

La voiture obtient donc sa colossale puissance en "trichant". C'est ce genre de solution qui a fait enrager Enzo Ferrari par le passé. Mais nous y reviendrons un peu plus bas. À l'intérieur, tout est refait et gainé de cuir. D'un point de vu châssis, la voiture est modifiée pour encaisser le surplus de puissance : suspension revue et gros freins sont au programme par exemple.

Koenig Specials TR Competition
Koenig Specials TR Competition
Koenig Specials TR Competition

Koenig Specials, le préparateur fou

Mais imaginez seulement que cette machine n'est pas la Ferrari la plus puissance des ateliers de Koenig Specials. En effet, il s'agit ici d'une Testarossa Competition, un modèle d'abord présenté avec 811 chevaux. C'est un modèle légèrement plus puissant avec 902 chevaux, mais ce n'est pas sa déclinaison la plus folle. 

Il existe une version qui atteint le cap des 1000 chevaux, la Competition Evolution en affirmant pouvoir pointer à 370 km/h. Une puissance incroyable pour l'époque tout en gardant à l'esprit que 811 chevaux, c'était déjà assez fou pour l'époque.

Enfin, une fois parti dans la folie, autant aller jusqu'au bout ! Une Koenig Specials Competition Evolution achetée neuve coûtait 595'000 dollars de l'époque, avec l'inflation, elle aurait coûté aujourd'hui près d'1,5 million de dollars.

Koenig Specials 512 TR
Koenig Specials 512 TR
Koenig Specials 512 TR

Pour atteindre une puissance à quatre chiffres, la Testarossa Competition Evolution obtient elle aussi un kit twin turbo, qui inclut des pistons renforcés adaptés au fonctionnement avec un turbo, un refroidissement supplémentaire de l'huile du moteur et de la boîte de vitesses, mais aussi un système de refroidissement plus poussé, des débitmètres d'air spéciaux, une injection adaptée et modifiée pour finir avec une modification du système d'échappement.

Koenig Specials 512 TR

Nous vous disions plus tôt que le travail de Willy König ne plaisait pas à Enzo Ferrari, c'était à tel point que le fondateur de la marque de Maranello à fait savoir, par intermédiaire de la justice, que l'allemand avait interdiction de faire sortir des voitures portant le cheval cabré de son garage, car Enzo considérait qu'une Ferrari modifiée n'était plus digne de porter le nom de Ferrari. Ce qui n’empêcha pas la presse de couramment faire le lien, au grand dam de l'iconique patron de la firme italienne.

Galerie: Koenig Specials 512 TR