McLaren a conclu un contrat de cession-bail pour son usine de Woking pour une valeur de près de 200 millions d'euros.

À la recherche d’argent frais, McLaren vient d'annoncer la vente de son fameux centre technologique de Woking, le symbole des ambitions de l’ère Ron Dennis pour la firme britannique. Après des mois de négociations afin de vendre ces installations de près de 78'000 m2, un accord a été trouvé pour le rachat de l'usine par la société américaine Global Net Lease (GNL).

James Nelson, PDG de GNL, a déclaré : "Nous sommes ravis d'annoncer que cette installation de classe mondiale fera partie du portefeuille de GNL. Les bâtiments ultramodernes du siège du groupe McLaren ont remporté de nombreux prix, ont été conçus par l'architecte de renom Norman Foster et sont le type de propriétés stratégiques à location nette qui composent le portefeuille de GNL."

Cela ne signifie pas la fin de l'ère McLaren à Woking, bien au contraire, puisque la transaction comprend un bail de 20 ans pour l'entreprise britannique. La vente devrait être finalisée au cours du deuxième trimestre de cette année. Confronté à de sérieux problèmes de trésorerie l'année dernière, McLaren cherchait à réunir de nouveaux fonds et a estimé qu'il n'y avait aucun avantage à avoir des liquidités "bloquées" au niveau de ses installations. Ainsi, l'entreprise britannique a donc opté pour un accord de cession-bail afin d'obtenir un coup de pouce financier immédiat.

Cette stratégie était déjà étudiée depuis quelques années du côté de chez McLaren, en témoignent les propos de Zak Brown, le PDG de la marque, l'année dernière : "Pourquoi avoir tout cet argent immobilisé dans l'immobilier ? Nous ne sommes pas une société immobilière. Nous sommes une équipe de course et une entreprise automobile. Et c'est le début de l'assainissement du bilan [de McLaren]."

"Je crois que la majorité des entreprises dans ce monde ne sont en fait pas réellement propriétaires des lieux qu'elles occupent. Ce bâtiment bloque beaucoup de liquidités, et ce n'est pas une manière très productive d'utiliser nos fonds alors que nous cherchons à investir dans nos affaires. Donc nous le vendrons à quelqu'un puis nous mettrons en place une location très longue durée. Nous utiliserons cet argent pour nous aider à faire croître nos affaires. C'est un exercice de restructuration financière assez classique."

Comme énoncé plus haut, le McLaren Technology Center de Woking est un symbole, un chantier gargantuesque lancé au début des années 2000, sous l'impulsion de Ron Dennis, et qui était en quelque sorte la pierre angulaire des nouvelles ambitions pour la marque : en faire une équipe de course compétitive et un constructeur de voiture de sport, une sorte de Ferrari à la sauce britannique.

De si belles ambitions sont évidemment ponctuées de haut, mais aussi de bas, même si l'avenir semble s'éclaircir pour la marque, avec de bons résultats en F1 en ce début d'année 2021, et une situation financière qui s'améliore grâce à l'obtention d'un prêt de 150 millions de livres auprès de la Banque nationale de Bahreïn. De nouveaux investisseurs américains, MSP Sports Capital, ont également acheté une part minoritaire significative de l'équipe pour 185 millions de livres.