D'autres marques en difficulté, comme DS et Chrysler, auront également une décennie pour faire leurs preuves.

Depuis que Fiat Chrysler Automobiles a fusionné avec PSA Peugeot Citroën pour former Stellantis, des personnes se demandent s'il y a de la place pour 14 marques différentes sous le même toit. C'est une question pertinente si l'on considère qu'un certain nombre de constructeurs sont en difficulté, notamment Alfa Romeo, Lancia, DS Automobiles et Chrysler.

Le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, a déjà confirmé qu'il n'y a aucun projet immédiat d'abandon de l'une ou l'autre de ces marques, car les trois marques européennes travaillent ensemble sur de nouvelles voitures pour 2024. Chrysler, avec son total de deux modèles, est également là pour rester dans l'ère Stellantis, car le patron du conglomérat est "désireux de donner un avenir à cette marque". En fait, tous les constructeurs automobiles auront dix ans pour faire leurs preuves.  

Galerie: Lancia Thema 8.32

Cette promesse a été faite en début de semaine par M. Tavares lors du sommet sur l'avenir de l'automobile organisé par le Financial Times :

"Nous donnons une chance à chacun d'entre eux, nous leur accordons 10 années tout en les finançant. Les PDG doivent être clairs sur la promesse de leur marque, les clients, les cibles et la communication. S'ils réussissent, tant mieux. Chaque marque a la possibilité de faire quelque chose de différent et de séduire les clients."

Voilà, non seulement Stellantis conserve toutes les marques, mais elle donne à chacune d'entre elles une chance de s'épanouir grâce à une décennie d'investissements. Parmi les quatre marques en difficulté mentionnées précédemment, seul l'avenir d'Alfa Romeo semble plus prometteur pour le moment, puisque la Giulia et le Stelvio seront rejoints par le Tonale et le crossover Brennero. DS Automobiles élargit également sa gamme avec le lancement de la DS 4 et du vaisseau amiral DS 9.

Il sera intéressant de voir comment Lancia va se développer dans les années à venir, étant donné qu'elle ne propose actuellement qu'un seul modèle - la vieillissante Ypsilon - et qu'elle n'est vendue qu'en Italie. Nous nous demandons également ce qu'il adviendra d'Abarth, compte tenu du fait que Stellantis dispose également de SRT comme branche sportive. Le groupe Volkswagen gère avec succès toutes sortes de marques, donc au moins en théorie, il devrait être possible pour Stellantis de créer une structure cohérente également.