De temps en temps, lorsque vous voyez la énième nouvelle voiture, vous pouvez vous demander si le marché en avait vraiment besoin. Au début des années 2000, cette question revenait souvent, car cette période a vu se créer de nouvelles gammes plus qu'à aucun autre moment de l'histoire, remplissant chaque segment et catégorie existants et en inventant de nouveaux.

En 2002, c'est exactement ce qu'a fait Mercedes lorsqu'il a présenté le concept Vision GST (Grand Sport Tourer) au NAIAS de Detroit. 

Pour les grandes familles

Les fins connaisseurs de la marque savaient déjà à l'époque que lorsqu'un concept-car Mercedes porte le préfixe "Vision", il ne s'agit pas seulement d'un concept, mais de l'aperçu d'un nouveau modèle qui arrivera quelques années plus tard. Ce fut le cas avec la McLaren SLR et cela se reproduira plus tard avec les CLS et GLK.

Mercedes Vision GST 2002-2004

En fait, Mercedes n'ignorait pas une tendance sociale de plus en plus répandue à l'époque, celle des familles dites nombreuses qui avaient parfois besoin de se déplacer avec toute la troupe. Il s'agit plus précisément de personnes qui pourraient utiliser une voiture de plus de cinq places mais qui n'aimaient pas l'idée d'un monospace, d'une fourgonnette ou d'un break à trois rangées.

Le Grand Sport Tourer répond à ce besoin avec un habitacle spacieux et polyvalent comprenant 6 sièges confortables sur 3 rangées ou un grand coffre, et habillé d'une ligne raffinée et élégante à mi-chemin entre la voiture et le SUV, développée sur une longueur de 5 mètres, anticipant le concept moderne du crossover. Ce concept a été reproduit presque simultanément par la Pacifica de Chrysler, avec laquelle Mercedes était alliée à l'époque.

Mercedes Vision GST 2002-2004
Mercedes Vision GST 2002-2004

Un pas vers l'hybride

Le chemin vers la version finale a connu deux autres étapes intermédiaires : au NAIAS 2004, exactement deux ans après sa première apparition, la Vision GST a été présentée avec une carrosserie déjà très proche de la version finale, cette fois avec des portes normales, une coupe moins audacieuse du dernier montant, des feux arrière avec des éléments horizontaux mais plus proches de ceux de série et un intérieur moins futuriste.

Un intéressant groupe motopropulseur hybride a fait ses débuts sur cette variante, composé du V8 turbodiesel 400 CDI de 250 ch associé à un module électrique de 50 kW avec batterie derrière la troisième rangée de sièges. Rien de tel n'est jamais arrivé sur le modèle de production, qui dans ce cas a suivi l'exemple du premier prototype, équipé d'un V8 5,5 litres de 360 ch.

Mercedes Vision GST 2002-2004
Mercedes Vision GST concept 2002-2004
Mercedes Vision GST concept 2002-2004

Troisième et dernier prototype avant la production

Le dernier concept-car, présenté à la fin de cette année-là à Paris et baptisé Vision R, anticipait également le nom du modèle de production, qui arriverait peu après sous le nom de Classe R. Il avait des feux et un intérieur très similaires à ceux du SUV ML W164, dont il partageait la base et la mécanique, et était plus court que les deux prototypes précédents.

En effet, la Classe R de série a en fait été lancée en deux variantes, l'une de 4,92 mètres de long avec un empattement de 2,95 m et l'autre étirée de 25 cm, avec des moteurs 6 et 8 cylindres (dont le 6.3 AMG de 475 ch) également Diesel, une transmission automatique à 7 rapports et une propulsion arrière ou intégrale. Tous deux pouvaient être commandés avec six sièges individuels ou dans des variantes à cinq ou sept places avec un canapé arrière plus conventionnel à trois places.

Sa carrière a duré aussi longtemps que cette seule génération, qui a cessé d'être produite en 2013 sans héritier direct mais en laissant une " famille élargie " de SUV et une myriade de crossovers lui succéder.