"Savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va". Un bel adage qui sied à un constructeur comme Bugatti, et la firme de Molsheim met aujourd'hui en lumière son glorieux passé en présentant une jolie collection de modèles qui ont fait sa renommée.

Tous les modèles présents en photos ont appartenu à Hans Matti, un collectionneur qui a consacré sa vie à cette collection, en rassemblant des photos originales, des articles de presse, des livres et des documents officiels d’usine.

Son extraordinaire collection renferme notamment une Bugatti Type 51 absolument superbe, ou encore une Type 49 Faux Cabriolet à châssis court et dont la carrosserie a été signée Jean Bugatti. Il s'agit du dernier exemplaire au monde encore existant. Il y a aussi une Type 35B et une Type 35A.

Malheureusement, ces voitures n'appartiennent plus à Hans Matti, ce dernier a cédé toute sa collection il y a peu. Les discussions pour l’acquisition de ces véhicules ont duré pas moins de deux ans et demi, impliquant même Caroline Bugatti, la petite-fille d’Ettore Bugatti, dans les négociations.

Cinq voitures Bugatti historiques rentrent chez elles

Une incroyable collection

Comme vous pouvez le constater sur les photos, les voitures ne sont pas dans un état parfait, mais elles ont toujours été cliniquement entretenues. La Type 51 n’a connu aucune restauration ni retouche de peinture, elle porte encore les marques de neuf décennies de compétition automobile.

La Type 49, quant à elle, était l’une des voitures personnelles de Jean Bugatti, comme en témoignent les initiales "JB" sur les portes ainsi qu’un certain nombre de photographies de l’époque montrant Jean et cette voiture. Pour la petite histoire, ces deux voitures – la Type 51 et la Type 49 – ont partagé le même véhicule de transport avant d’être livrées à leurs premiers propriétaires respectifs.

Cinq voitures Bugatti historiques rentrent chez elles - Type 49, voiture personnelle de Jean Bugatti

La Bugatti Type 49 ayant appartenu à Jean Bugatti

Les plus assidus auront aussi remarqué dans la collection la présence d'une Type 36. Dotée d’un essieu arrière rigide, elle a été pensée pour pouvoir faire face aux conditions difficiles du tracé de Montlhéry, l'un des circuits les plus marquants du début de l’ère de la course automobile, réputé pour ses virages, mais aussi pour sa surface extraordinairement bosselée.

Deux variantes ont été produites et le dernier modèle possédait un compresseur – devenant ce que beaucoup pensent être la toute première Bugatti suralimentée. Mais leur carrière en course fut de courte durée et ces deux seules Type 36 jamais construites ont été détruites. Il ne restait alors plus que leur moteur, leur boîte de vitesses ainsi que l’essieu arrière de l’un des deux véhicules que l’on retrouve aujourd’hui sous le capot de la Type 35A de cette collection.

Cinq voitures Bugatti historiques rentrent chez elles - Type 36A - la seule voiture existante équipée d'un moteur Type 36

Bugatti Type 36

La compétition dans le sang

Également dans la collection : une Type 37A. Ce véhicule a lui aussi été strictement conservé dans son état d’origine et possède les numéros de série originaux. Aujourd’hui encore, la Type 37A continue de participer à des courses. Chez Bugatti, seules 76 voitures ont été équipées d’un compresseur, dont cette Type 37A, et elles ont notamment couru les 24 Heures du Mans, la Mille Miglia, la Targa Florio et bien d’autres.

Les véhicules de cette collection unique entrent désormais dans leur troisième ère après celle passée auprès de leurs premiers propriétaires et celle où ils ont bénéficié des soins de Hans Matti. Désormais, ils seront conservés dans leur état d’origine, non restaurés, telles de véritables pièces uniques de l’histoire du constructeur.

Galerie: Bugatti rachète cinq modèles historiques à un collectionneur