Le début des années 2000 a été dominé par la smart. La petite voiture allemande a conquis le marché européen grâce à ses dimensions ultra-compactes, parfaites pour la ville, et à un prix relativement abordable. Il n'est donc pas surprenant que de nombreux constructeurs de l'époque aient répondu avec des modèles tels que la Peugeot 1007 ou la Toyota Aygo.

Outre cette dernière, le constructeur japonais a présenté l'étrange concept Endo, un modèle encore plus compact doté d'une série de solutions futuristes.

La ville est son habitat

Le concept Endo a été conçu par le centre de style européen ED2 de Toyota, en France, et a été présenté pour la première fois au salon de l'automobile de Francfort en 2005. Son design attire l'attention, avec des lignes carrées et des courbes qui se croisent dans la petite carrosserie de 3 mètres de long, 1,69 mètre de large et 1,52 mètre de haut.

Toyota Endo Concept (2005)

Toyota Endo Concept (2005)

Toyota Endo Concept (2005)

Toyota Endo Concept, les sièges arrière

Des chiffres qui ne sont pas très éloignés de ceux de la smart fortwo, mais qui, contrairement à l'allemande, se traduisent par un intérieur plus grand, plus pratique et plus high-tech. En effet, à bord, il est impossible de ne pas remarquer l'écran plat qui entoure tout le tableau de bord, un peu comme l'Hyperscreen moderne des voitures Mercedes.

Elle sait être polyvalente

En fait, la Toyota est une +2, avec deux "vraies" places à l'avant et deux petites places à l'arrière qui peuvent accueillir des enfants ou des adultes, mais seulement pour de courts trajets. A noter que ces deux sièges sont dépourvus de rembourrage (pour gagner quelques centimètres d'espace), ce qui laisse présager un confort qui n'est pas vraiment de première classe.

Toyota Endo Concept (2005)

Toyota Endo Concept, le tableau de bord

En tout cas, l'aspect pratique n'est pas en reste, puisque les sièges font également office de véritables tables tournantes pour mieux accueillir les bagages en cas d'absence de passagers.

De plus, l'accès à bord est facile grâce aux portes qui s'ouvrent de façon spectaculaire, comme un pantographe. Nous ne savons pas quel moteur est monté sur la Toyota, mais il est possible qu'il s'agisse du même que celui de l'Aygo de l'époque, qui est disponible avec un 1.0 essence de 68 ch et un 1.4 diesel de 55 ch.

Galerie: Toyota Endo Concept (2005)