Depuis lundi 15 avril, tous les véhicules de la catégorie L dont les motos, les scooters, les tricycles ou encore les voitures sans permis doivent désormais se soumettre au nouveau contrôle technique mis en place et imposé par le gouvernement.

C'est dans ce cadre qu'une dizaine de milliers de motards en colère ont manifesté dans les rues de Paris le samedi 13 avril afin d'appeler au boycott de ce nouveau contrôle technique obligatoire.

Une mise en place progressive

La mise en place du nouveau contrôle technique se fera de manière progressive et s'étalera sur trois ans. Les premiers concernés sont les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 2017 qui devront réaliser leur contrôle avant le 31 décembre 2024. Puis, en 2025, ce sera au tour des véhicules immatriculés entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019. Enfin, les immatriculés entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021 pourront attendre jusqu'en 2026.

Motos au Mondial de la Moto 2018

Le nouveau contrôle technique abordera trois points essentiels que sont : la sécurité, la pollution atmosphérique et la pollution sonore. Pour cela, les vérifications lors du contrôle concerneront l'éclairage, les freins, la direction, les suspensions mais également l'état global du véhicule comme le cadre, le réservoir, la selle, la béquille ou encore les équipements obligatoires, par exemple.

Selon nos confrères d'Actu.fr, qui ont pu interroger certains centres, le coût moyen d'un contrôle devrait avoisiner les 75 euros, bien loin des 50 euros espérés.

Une incompréhension pour les motards

La mise en place de ce nouveau contrôle technique crée une tension entre les motards, les préparateurs moto, les centres de contrôle technique et le gouvernement. C'est dans ce contexte que la chaîne YouTube Thorn Bikes a organisé une discussion entre les acteurs de la mobilité à deux-roues.

Une vidéo très intéressante dans laquelle Franck Nourry, gérant et fondateur de Thorn Bikes, une entreprise spécialisée dans la préparation de moto basée à Béziers, a invité et donné la parole à Bernard Bourrier, patron des centres de contrôle technique Autovision.

Dans cette discussion, Franck Nourry et Bernard Bourrier abordent différents points de vue concernant le nouveau contrôle technique obligatoire. Ils évoquent plusieurs sujets en suspens dont les assurances, les modifications, l'homologation ou encore le fameux sujet de la contrevisite.