Alors que les JO de Paris débuteront dans un peu plus de 3 mois, Île-de-France Mobilités ne semble pas réellement inquiet par l’offre des transports, au sein de la capitale, durant les Jeux. Pourtant, les travaux s’éternisent aux yeux de certains et les critiques (notamment envers l’organisation) fusent de toutes parts. Faisons le point.

Métro : la ligne 14 est-elle le pilier ?

Le métro de Paris (toutes les lignes confondues) transporte en moyenne 4 millions de passagers par jour, ce qui le positionne à la 7eme place des métros les plus fréquentés au monde, d’après la RATP. Mais avec les JO, ce sont 600 000 à 800 000 personnes qui sont attendues en plus, quotidiennement, ce qui pousse l'offre de bus, métros, RER et tramways à se surpasser cet été.

Parmi ces transports, il n’y a que la ligne 14 du métro qui est réellement en cours de rénovation. Celle-ci est régulièrement fermée, ces dernières semaines, pour permettre son prolongement au sud jusqu'à l'aéroport d'Orly et au nord jusqu'aux alentours du Stade de France. Alors que les JO débuteront le 26 juillet, les travaux sont censés se finir durant la deuxième partie du mois de juin.

Pour Jean Castex (l’ancien premier ministre et actuel PDG de la RATP), le timing joue contre lui mais ce dernier a semblé serein, ce mercredi matin, lorsqu’il s’est exprimé auprès de France Info :

"Il n'y a pas un jour sans qu'on ne repère, avec les équipes, où se situe le petit grain de sable susceptible de contrarier ces délais. Il faut finir de réaliser les gares, faire passer les commissions de sécurité… On espère pouvoir disposer d'une cinquantaine de rames sur la ligne 14, au moment des JO, contre 35 aujourd’hui. Mais jusqu'ici, tout va bien."

 

Et les autres lignes ?

Cependant, le fait de mettre constamment la ligne 14 en avant n’est-il pas un moyen de faire oublier les autres ? Le dossier de candidature de Paris 2024 semblait tenir de meilleures promesses avec l’ouverture de plusieurs tronçons des lignes 15, 16 et 17 du réseau Grand Paris Express. Mais la société des grands projets qui doit les construire a dû reporter les ouvertures pour la fin de l’année 2025 (voir la fin de 2026), pour des raisons techniques et à cause de nombreux retards de chantiers liés au covid…

À la place, trois autres prolongements (ceux du RER E, de la ligne 11 du métro et du tramway T3B) devraient être achevés mais ils ne seront pas d’une très grande utilité pour les spectateurs qui comptent se rendre aux JO. Malgré tout, Laurent Djebali, le secrétaire général du FO-Groupe RATP (qui est le principal syndicat de conducteurs de métros et de RER) se veut positif :

"À chaque fois qu'il y a eu un gros événement, les salariés de la RATP ont répondu présents. Il y a un dénigrement presque constant alors que le transport est quelque chose qui marche bien". La RATP est organisée, entre recrutements et reports de congés, afin d'assurer une offre supérieure de 15 % à celle de l'été dernier."

On ne demande qu’à voir…

Le pass Paris 2024

Toujours ce mercredi, Île-de-France Mobilités a annoncé l’ouverture de la vente du pass Paris 2024. Ce dernier va coûter 16 euros par jour, avec un tarif dégressif en fonction du nombre de journées. Ainsi, une semaine complète reviendra à 70 euros pour pouvoir se déplacer de façon illimitée en Île-de-France, y compris vers les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et d’Orly.

Si vous jugez ce pass trop cher, vous pourrez toujours vous rabattre sur le ticket à l’unité qui va quasiment doubler entre le 20 juillet et le 8 septembre, passant de 2,10 à 4 euros…

Au moins, les tarifs des passes Navigo et Imagin’R, réservés aux habitants de la région, resteront inchangés durant cette période. Mais au fait, saviez-vous que dans le dossier de candidature de Paris pour l’organisation des Jeux olympiques de 2024, il était prévu que les transports en commun soient gratuits pour les spectateurs ? Malheureusement cette initiative est tombée aux oubliettes en décembre 2022 lors de la révision budgétaire du comité d'organisation afin de faire des économies…