Vraiment haut de gamme cette Arteon ?

Le segment des grandes berlines haut de gamme n'est pas forcément l'un des plus porteurs, mais certaines marques peuvent encore se permettre de proposer ce genre de produit qui, mine de rien, en dehors de l'Hexagone, continue à fonctionner. Aujourd'hui, la Volkswagen Arteon que nous essayons fait partie des berlines de grand tourisme, un segment inauguré par Mercedes avec la CLS. Forte de son succès, la berline étoilée a fait des petits, notamment chez les concurrents, dont Volkswagen avec l'arrivée de la Passat CC en 2008.

Malheureusement, cette Passat CC n'a jamais vraiment trouvé son public, même après une petite mise à jour en 2012 où elle a d'ailleurs perdu son patronyme de Passat pour se nommer tout simplement "CC". L'année passée, la CC quitte le catalogue de Volkswagen pour définitivement couper tous les ponts avec la Passat et laisser la place à une nouvelle auto : l'Arteon.

Volkswagen Arteon 2017

Désirable et désirée

Qu'elles sont rares les nouveautés parmi les berlines en ce moment ! Alors forcément, quand il s'agit d'une nouvelle berline, allemande qui plus est, cela attise notre curiosité. Esthétiquement parlant, Volkswagen fait assez fort en s'inspirant grandement du concept-car Sport Coupé GTE dévoilé en 2015. Le style est osé, marque sa différence avec la Passat, et ne renie en aucun cas ses intentions. L'Arteon est une berline haut de gamme et l'assume. Le travail le plus intéressant se porte au niveau de la face avant, avec des optiques quasiment mariées à la calandre, où les feux viennent dans le prolongement des arêtes horizontales. Pour accentuer son niveau d'agressivité, nous retrouvons un élément de carrosserie plutôt étrangement incorporé qui vient prolonger le capot sur le haut de la calandre. Mais en réalité, cet élément de style fait sans doute toute la différence et donne du caractère à l'auto.

L'Arteon assume pleinement ses prétentions, elle se veut haut de gamme et le montre

De profil, berline grand tourisme oblige, la chute de toit est forcément plus prononcée par rapport à la Passat. Notre version d'essai, affublée d'une finition "R-Line Exclusive", lui donne encore plus d'allure, notamment avec ces jantes noires de 20 pouces "Rosario Graphite Mat" (facturées en option 1080 euros). De dos, l'Arteon nous fait penser à une autre allemande, notamment à cause de la forme de ses feux : la Mercedes Classe E Coupé. C'est loin d'être une critique, d'autant que cela donne encore plus de cachet à l'Arteon. Les ailes légèrement élargies et la double canule d'échappement participent au design voulu résolument dynamique.

L'Arteon repose sur la même base technique que la Passat, c'est-à-dire sur la plateforme MQB qui n'a d'ailleurs jamais été aussi longue. Avec 4,86 mètres, l'Arteon est 9 centimètres plus longue qu'une Passat, elle est aussi plus large de 4 centimètres avec son 1,87 mètre, et est logiquement un peu moins haute et perd un centimètre pour culminer à 1,45 mètre. L'empattement est plus long de 5 centimètres (2,84 mètres), ce qui devrait logiquement profiter à l'habitabilité.

Volkswagen Arteon 2017
Volkswagen Arteon 2017

Vraiment nouvelle à l'intérieur ?

Si à l'extérieur l'Arteon est singulière, à l'intérieur elle ne peut cacher ses affiliations avec la Passat et la Golf. Concrètement, elle aurait clairement mérité un traitement particulier, aussi minimaliste soit-il. Nous avons donc une planche de bord de Passat, c'est-à-dire un ensemble plutôt bien fait avec des matériaux de qualité et un assemblage correct, mais d'une austérité déconcertante. Cela manque de fantaisie, et pour le coup, Volkswagen aurait pu s'inspirer du travail réalisé en interne sur la sixième génération de Polo, vraiment plus sympa.

Notre version d'essai dispose de tout l'attirail technologique nécessaire à ce type d'auto. Nous retrouvons donc un système d'info-divertissement "Discover Pro" de 9,2 pouces, très réactif, aux graphismes soignés, et à la commande gestuelle plutôt gadget et accessoire. En lieu et place de l'instrumentation physique, nous retrouvons le système "Active Info Display", un écran de 12,3 pouces permettant de retranscrire sous les yeux du conducteur toutes les informations liées à la conduite.

Volkswagen Arteon 2017
Volkswagen Arteon 2017

En termes d'habitabilité, c'est là que l'Arteon étonne. L'empattement allongé de 5 centimètres par rapport à la Passat lui permet de bénéficier d'un espace aux jambes très satisfaisant pour les passagers arrière. C'est aussi bien qu'une Skoda Superb, l'une des références de la catégorie. De plus, de série, les passagers arrière bénéficient eux aussi de la climatisation. Pour les sièges chauffants, il faudra opter pour les finitions "Elegance" et "R-Line". Le coffre n'est pas en reste, celui-ci bénéficie d'un volume généreux de 563 litres, de quoi largement y loger un sac de golf. L'ouverture est à hayon qui plus est, idéale pour les objets un peu volumineux.

Volkswagen Arteon 2017
Volkswagen Arteon 2017
Volkswagen Arteon 2017

Pour l'autoroute... mais pas que !

Pour notre essai, nous avons opté pour une version essence de 280 chevaux. Il s'agit d'un bloc quatre cylindres TSI de 2,0 litres de cylindrée. Un moteur que nous connaissons assez bien puisque nous le retrouvons, à des niveaux de puissance équivalents ou différents, au sein de certaines Audi, SEAT et Škoda. Notre Arteon est également indexée à une boîte robotisée DSG à sept rapports et au système à quatre roues motrices 4Motion.

En somme, il s'agit d'une motorisation de niche étant donné que 78% des clients Arteon sont des sociétés, et qu'elles privilégieront encore une version 2,0 litres TDI de 150 chevaux pour des raisons fiscales. Les 22% restants sont des particuliers, et certains pourraient se laisser tenter par cet excellent moteur de 280 chevaux qui offre de jolies prestations dynamiques. Nous avons pu avoir entre les mains d'ailleurs assez brièvement la version diesel de 150 chevaux. Sans être enthousiasmante, la voiture est plus légère mais manque cruellement de dynamisme pour le coup. Il manque au moins 40 chevaux supplémentaires. Ça tombe bien, des versions essence et diesel de 190 chevaux sont aussi prévues.

Volkswagen Arteon 2017
Volkswagen Arteon 2017

Avec 1716 kilos à vide sur la balance pour notre modèle d'essai, l'Arteon n'est pas une voiture légère, mais on devait s'y attendre avec la DSG et les quatre roues motrices qui l'équipent. Les 280 chevaux sont largement suffisants pour tracter l'ensemble, mais il est vrai que pour le coup, nous avons du mal à imaginer une telle alliance avec un moteur plus modeste. En termes de prestations dynamiques, et grâce à l'amortissement piloté DCC, notre Arteon enchaîne les virages du Massif de l'Esterel sans difficulté.

Même si la voiture est clairement typée confort, le dynamisme n'en est pas altéré, au contraire. Le train avant se place divinement bien, le 4Motion assure une motricité parfaite, seule la direction nous a un poil gênés, manquant toujours un peu de feeling. La DSG, qui n'est pas une boîte sportive, nous fait vite revenir à la réalité et ne manque pas de nous rappeler que nous ne sommes pas dans une sportive pure et dure. Elle rechigne parfois à descendre de deux ou trois rapports quand cela l'exigerait peut-être.

Si en conduite dynamique l'Arteon se débrouille plutôt bien, c'est par son confort et par la qualité de son châssis qu'elle excelle. Les jantes de 20 pouces de notre version d'essai la rendent certes un peu plus ferme, notamment en compression, mais globalement l'ensemble est quasi parfait pour la catégorie. L'Arteon ne souffre pas de ce côté un peu trop "pompeux" qu'ont d'ailleurs les SUV qui privilégient le confort. En bref, la nouvelle berline allemande arrive à marier dynamisme et confort de fort belle manière.

Volkswagen Arteon 2017

Technologies de pointe

Vaisseau amiral de la marque allemande, l'Arteon embarque tout ce qu'il se fait de mieux en matière d'aides à la conduite. Toutes vous les citer prendrait un temps fou, faisons dans ce cas un focus sur les plus importantes à nos yeux. Nous retrouvons par exemple l'aide au maintien dans le voie de circulation (Lane Assist), celui-ci est recalibré et évite maintenant les mouvements au volant et reste parfaitement au centre de la voie.

On peut également noter la caméra à 360°, très utile au sein des ruelles étroites avec un paquebot de 4,86 mètres de long. Le régulateur de vitesse ACC est sans doute la technologie la plus bluffante et nous rappelle que nous ne sommes plus si loin de la conduite autonome. Il permet à la voiture d'adapter sa vitesse en fonction de la lecture des panneaux de signalisation. Il peut aussi freiner et adapter son allure automatiquement à l'approche d'une intersection ou d'un virage grâce aux données GPS.

Volkswagen intègre également un système de surveillance de la vigilance qui peut garer le véhicule sur le bas-côté si le conducteur semble inconscient. Et si le conducteur est conscient mais non vigilant, le freinage automatique d'urgence sera toujours là pour stopper la voiture en cas de danger imminent, même si nous avons noté que celui-ci était un poil intrusif et intervenait parfois trop tôt, dans des situations qui ne s'y prêtaient pas forcément.

Volkswagen Arteon 2017
Volkswagen Arteon 2017
Volkswagen Arteon 2017

Conclusion

Comme vous l'aurez sûrement compris, la Volkswagen Arteon est une berline haut de gamme digne de son rang. Difficile de lui trouver des défauts, surtout pour une voiture appartenant à un constructeur qui se veut généraliste, mais qui nous présente aujourd'hui une voiture qui n'a rien à envier au premium. Ses principales concurrentes sont les Audi A5 Sportback et BMW Série 4 Gran Coupé, rien que ça. Le Renault Talisman peut aussi fait figure de concurrent mais n'est pas vraiment au niveau. Peugeot ne devrait pas tarder non plus à dégainer sa nouvelle 508, une voiture qui devrait, selon les dires des dirigeants de la marque "nous surprendre". En effet, celle-ci devrait adopter elle aussi un profil plus élancé, une sorte de berline grand tourisme à la française.

Lire aussi :

Au niveau des consommations, nous avons relevé sur notre version d'essai une moyenne oscillant autour de 9,2 l/100 km, sans vraiment ménager notre monture. Une donnée plutôt moyenne dans l'ensemble avec 280 chevaux sous le capot et un embonpoint certain. En termes de tarifs, comme vous devez vous en douter, l'Arteon n'est pas vraiment donnée, surtout notre version d'essai facturée pas moins de 57'420 euros. Pour une Arteon d'entrée de gamme, il faudra compter environ 40'000 euros, sans compter les quelques options à rajouter en prime. Une somme pour le coup en adéquation avec les qualités de l'auto compte tenu du prix pratiqué par les premiums allemands de manière générale.

Précisons également pour conclure qu'une version Shooting Brake sera bientôt proposée au catalogue. En revanche, l'Arteon GTE, c'est-à-dire en déclinaison hybride, ne verra sans doute pas le jour, du moins dans un avenir proche, tout comme une variante R pourvue du V6 3,0 litres du Groupe Volkswagen comme l'indiquaient certaines rumeurs.

Photos : Yann Lethuillier / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Comportement dynamique TDI 150 ch un peu juste
Confort Intérieur impersonnel
Technologies embarquées Qualité des plastiques bas

Volkswagen Arteon 2,0 litres TSI 280 chevaux BlueMotion Technology R-Line Exclusive 4Motion DSG7

Motorisation Essence TSI, 4 cylindres en ligne, 1984 cm³, turbo
Puissance 280 chevaux / 350 Nm
0-100 km/h 5,8 secondes
Vitesse de pointe 250 km/h
Transmission Boîte robotisée à sept rapports - DSG7
Type de transmission Intégrale - 4Motion
Poids 1716 kg
Volume de coffre 563 litres
Places 5
En vente 2017
Economie de carburant Urbain : 9,2 l/100 km / Extra-urbain : 6,1 l/100 km / Mixte : 7,3 l/100 km
Prix de base 42'300 €
Prix de la version testée 57'420 €

Faites partie de quelque chose de grand