La Harley parfaite ?

C’est une offensive produit sans précédent à laquelle on assiste depuis quelques mois chez Harley-Davidson. La firme fondée en 1903 à Milwaukee n’a jamais été aussi active avec une refonte complète de la gamme à l’été 2017. Une gamme Softail entièrement revue, de nouveaux modèles, de nouveaux châssis, de nouveaux moteurs. Une manière pour Harley-Davidson de rester au plus proche de ce qui plaît, de rester dans l’ère du temps. Et justement, après les Café racer, après les Bobber, ce sont les Bagger qui ont le vent en poupe.

Lire aussi:

C’est pourquoi Harley-Davison a dévoilé en début d’année la nouvelle Sport Glide, dans la gamme Softail. Un modèle qui reste accessible, et qui promet le meilleur de deux monde : celui des Sportster pour le côté dépouillé et agressif, et des Touring pour le côté voyageuse au long cours. La Harley parfaite ?

Essai Harley Sport Glide

Deux motos en une

Ces deux univers en une seule moto se traduisent évidemment esthétiquement par quelques subtilités. Et qui dit Bagger, dit sacoches à l’arrière. C’est le cas de cette Sport Glide qui s’offre deux sacoches de série. Verrouillables, elles sont aussi amovibles en un tournemain. Très pratiques, elles permettent de mettre facilement le sac à dos ou la mallette pour aller au travail le matin. Il aura d’ailleurs fallu nous faire remarquer qu’elles ne sont pas symétriques , celle de droite laissant bien sûr passer le pot d’échappement, et donc légèrement plus petite que celle de gauche. Preuve du soin apporté par les designers et/ou ingénieurs de Milwaukee à l’esthétisme de leur moto.

Essai Harley Sport Glide
Essai Harley Sport Glide

L’autre particularité de cette Sport Glide, c’est son mini-carénage avant qui lui donne cet air de Tourer et intègre parfaitement bien le feux avant à LED. Outre l’aspect esthétique, il est aussi là pour l’aérodynamique, même si le saute vent ne fait pas non plus office de bulle. Plus étonnant, ce carénage avant s’enlève là aussi super facilement car accroché directement à la fourche avant. Le laisser chez soi le week-end pour aller frimer sans, passe encore. Mais le souci, c’est que quand vous le laissez, il est à la merci de qui oserait vous l’enlever ! Dommage qu’il ne soit pas verrouillable.

Pour le reste, le Sport Glide donne dans l’agressivité, jouant sur l’alternance d’éléments chromés et de parties teintées en noir. Jusqu’à cette jante bi-ton au dessin sportif à l’avant, très réussie. Et aucun accessoire, que ce soit les sacoches ou le carénage, ne vient alourdir le dessin. Bien au contraire. Quelle gueule !

Essai Harley Sport Glide
Essai Harley Sport Glide

Instrumentation

Un petit mot sur l’instrumentation de cette nouvelle Harley-Davidson Sport Glide, positionnée sur le haut du réservoir. Elle se compose d’un grand cadran à aiguille qui affiche la vitesse. Lequel intègre un écran digital très lisible permettant de voir le niveau du réservoir, d’afficher l’autonomie restante, le compte tours, l’horloge, le rapport engagé… Autant de fonctions qui défilent via le bouton situé sur la poignée gauche du guidon.

Essai Harley Sport Glide
Essai Harley Sport Glide

 Et puisqu’il est question de guidon, on retrouve les commandes de clignotants dissociées, celle de gauche à gauche, celle de droite à droite. Comme sur le volant d’une Ferrari. À noter enfin qu’un régulateur de vitesse équipe la Sport Glide. Enfin, pour ceux qui souhaitent charger leur smartphone, une prise USB est prévue, entre le guidon et la fourche.

À l'aise en ville, et en dehors

Fini d’admirer cette belle américaine, l’heure est venue d’en prendre le guidon. Et la selle basse (68 cm du sol), creusée, invite à s’assoir pour prendre la route, d’autant que l’assise est très confortable, et le fait que la selle se relève vers l’arrière offre un bon maintien pour le bas du dos. Le guidon légèrement cintré se positionne bien face au conducteur, sans avoir les bras trop tendus, et les commandes au pied ne sont pas trop avancées. En revanche, le gros réservoir de 18,9 litres est un peu large, et il faut s’habituer à écarter le jambes. Mais de manière générale, même pour un motard peu habitué aux productions de Milwaukee, la position de conduite s’avère très confortable.

Harley-Davidson Sport Glide

Pas de clé sur la Sport Glide, le transpondeur permet de démarrer la moto directement au démarreur. Et là, surprise, ni trop de bruit, les nouvelles normes sont évidemment passées par là, même s’il suffit de changer le pot d’échappement pour avoir un son plus Harley, ni trop de vibrations. Une Harley-Davidson moderne, mais avec un bloc V-Twin 107 de 1745 cm3 qui vit quand même avec un joli bruit malgré tout, et qui se montre très souple dès les premiers tours de roues. Mais dès qu’il s’agit de taper un peu dedans et de rappeler la suprématie de la belle mécanique américaine sur les hordes de scooters sauvages, les 84,3 ch de la Sport Glide permettent de démarrer étonnamment rapidement, et redonner un coup de gaz pour profiter du couple de 145 Nm.

Essai Harley Sport Glide
Essai Harley Sport Glide

Le comportement de cette Sport Glide est également très sain et elle ne rechigne pas aux balades dynamiques. Et étonnamment d’ailleurs, on oublie très rapidement les 317 kilos (en ordre de marche) de la moto. Sur la route évidemment, lors de manoeuvres, c’est différent. Mais c’est sans doute ça la force du nouveau châssis Softail, d’être incisif, là où on ne l’attend pas. Et puis la position de conduite basse descend le centre de gravité.

L’amortissement aussi fait des merveille avec à l’avant une fourche télescopique inversée et un mono amortisseur arrière, réglable grâce à sa molette située sous la selle. À la longue, sur plus long trajet, c’est la position de conduite finalement qui a fini par nous gêner légèrement au niveau du dos.

Conclusion

À l’aise en ville comme sur route, avec un look qui se prête aussi bien à la frime qu’au voyage, la nouvelle Harley-Davidson Sport Glide est sans doute la nouvelle reine de la polyvalence de la marque au Bar&Shield. Et avec un tarif qui débute à 18’260 €, elle s’assure en plus de pouvoir tenter ceux qui louchent plutôt sur la gamme Sportster, et ceux qui n’auraient pas de quoi s’offrir l’accès à la gamme Tourer (Road King à partir de 24’590 €). Et pour ceux qui viendraient juste de passer leur permis moto, la Sport Glide est également disponible avec le permis A2.

Photos : Mael Pilven / Motor1.com - Harley-Davidson

 
Points positifs Points négatifs

Agrément moteur Milwaukee 107                  

Mini-carénage pas sécurisé

Polyvalence

Poids important
Équipement complet Sonorité

 

Harley-Davidon Sport Glide 2018

Motorisation Milwaukee-Eight 107
Puissance V-Twin 1745 cc / 84,3 ch / 145 Nm de couple
Economie de carburant 5,3 l/100 km (Capacité réservoir : 18,9 litres)
Transmission 6 rapports / Courroie
Poids 304 kg / 317 kg en ordre de marche
Prix de base 18'260 €
Prix de la version testée 18'560 €

Essai Harley-Davidson Sport Glide