L’histoire de cette voiture discrète mais mythique débute en janvier 1936. Zdenek Pohl et Jaroslav Hausman, alors ingénieur chez Škoda, forment le pari fou de rejoindre depuis Athènes le rallye de Monte-Carlo, à bord de leur décapotable de 1,4 litre dénommée Popular.

Jusqu’alors personne n’avait réussi à atteindre le port de Monte-Carlo en partant d’aussi loin. Au delà de ce défi hors du commun pour l’époque, Pohl et Hausman créèrent la surprise en terminant, contre toute attente, deuxième de leur catégorie ! Un exploit qui fut fêté dans leur patrie comme une victoire quasi nationale.

A lire aussi : La nouvelle vie de cette BMW M1 Procar en 89 photos !

Éditée en série limitée après ce succès, la Škoda Popular Monte Carlo a marqué de son charisme l’histoire du sport automobile, portant fièrement l’emblème de la flèche ailée. Au total, seuls 70 exemplaires estampillés Monte-Carlo ont été produits, en coupés, cabriolets et roadsters. L’un des coupés a appartenu au roi Pierre II de Yougoslavie, qui a peu après fait l’acquisition d’une version roadster.

Petit mais costaud

Le sculptural petit coupé n’était pas dénué de qualités, parmi lesquelles un ticket d’entrée plus qu’abordable, doublé de frais d’entretien très modestes. Une philosophie toujours d’actualité chez Škoda. Avec 750 kg sur la balance, la nouvelle Popular Monte-Carlo faisait sensation avec un poids nettement inférieur aux autres voitures de sa catégorie. Ce modèle léger doublé d’une mécanique qui offrait de bonnes performances, comportait de nombreux équipements dont la plupart des véhicules plus coûteux ne disposaient pas encore à l’époque. On pense notamment au châssis tubulaire, à une boîte-pont révolutionnaire ou encore au moteur à soupapes en tête.

Škoda Popular Monte Carlo