Il y a peu, le constructeur californien Tesla affirmait sans ambages sa perplexité quant à l’intérêt d’utiliser une pile à combustible, alimentée à l’hydrogène, à bord d’une automobile. Une opinion aujourd’hui confortée par Jaguar - Land Rover qui juge cette solution technique comme un "non-sens total".

Le co-fondateur de Tesla, Marc Tarpenning, avait déclaré en mai dernier que "la pile à combustible est une arnaque". Une affirmation forte, assortie d’une argumentation solide qui précisait que la batterie était de loin la solution la plus convaincante afin de fournir de l’énergie à un véhicule électrique. Difficile pour Tesla d’affirmer le contraire, étant donné que le constructeur a tout misé sur cette seule technologie... Mais Tarpenning est aujourd’hui rejoint par son homologue Wolfgang Ziebart, directeur technique du groupe Jaguar - Land Rover, qui affiche les mêmes doutes.

Lors de la présentation du petit SUV électrique I-Pace, Ziebart a en effet glissé que "le bilan énergétique du puit à la roue d’un véhicule hydrogène équipé d’une pile à combustible est désastreux". C’est que produire l’hydrogène, puis le compresser, puis enfin le refroidir afin de pouvoir l’utiliser dans une voiture conventionnelle requière une quantité d’énergie astronomique. Et Ziebart de préciser : "Au total, vous vous retrouvez avec un bilan énergétique inférieur à 30% contre environ 70% pour les véhicules équipés d’une batterie". Un handicap de poids qui devrait, selon lui, décourager le développement d’une infrastructure de distribution dédiée. À contrario, développer un réseau de recharge pour voitures électriques se mettrait plus aisément en place.

Lire aussi:

Abonnez-vous à la newsletter