La filiale de Bombardier utilise aussi les noms "Outlander", "Renegade" et "Maverick".

Le groupe JLR (Jaguar Land Rover) a assigné en justice, il y a quelques mois, le Canadien Bombardier concernant son nom Defender qu'il utilise à son insu. La société Can Am, filiale du Canadien, est un fabricant de motos et de quads et vend ses produits sur de nombreux continents, dont l’Europe. Le constructeur propose depuis plusieurs années un quad utilitaire portant l'appellation Defender. Cependant, JLR n'accepte pas qu'on utilise des noms qui sont sa propriété, ce qui est le cas de Defender dont l'Anglais possède le titre pour l'Europe. 

Un jugement a été rendu en la faveur de ce dernier. Il stipule que Can Am devra changer l'appellation de son engin sur le continent européen. Il devra également prendre en charge tous les frais juridiques liés à ce procès ainsi que verser des dommages et intérêts en raison de l'utilisation de "Defender" sans autorisation dans les pays membres de l'Union Européenne.

Un porte-parole de JLR a annoncé son soulagement : "Nous saluons cette décision, reconnaissant la force exécutoire de nos droits de propriété intellectuelle et dont l'utilisation est privée". 

Le groupe anglais compte bien garder un oeil dans les 150 pays où ses véhicules sont distribués afin de faire respecter leurs droits.

Can Am pourrait bien avoir d'autres soucis judiciaires similaires à celui-ci. En effet, d'autres produits du catalogue portent les noms de "Outlander", "Renegade" et "Maverick". 

Ce procès va-t-il servir de leçon au Canadien ou va-t-il attendre que Jeep, Ford et Mitsubishi se manifestent ? Affaire à suivre. 

Voir:

Abonnez-vous à la newsletter

Can-Am Defender XT 2016