Le moteur diesel fête aujourd’hui ses 125 ans !

Aujourd’hui, ça fait 125 ans que le moteur à combustion interne par forte compression a vu le jour. En effet, le 27 février 1892, l’ingénieur allemand Rudolf Diesel déposait un brevet pour un moteur à combustion interne développé par ses soins. Ce qu’il a baptisé Kraftwärmemaschine consistait en un moteur fonctionnant par forte compression dans la chambre de combustion. Initialement, celui-ci était conçu pour fonctionner à l’huile végétale lourde. Le pétrole ne sera utilisé que bien plus tard.

Il faudra néanmoins huit années pour que ce bloc moteur soit commercialisé alors que Diesel prévoyait de le faire dès 1894. Et le brave homme ne se doutait probablement pas qu’il allait révolutionner l’industrie et le transport avec sa modeste invention...

Lire aussi : Jaguar propose de payer son plein sans sortir de son véhicule !

D’une cylindrée de 1,96 litre et générant 20 ch, son prototype avait pour but initial de faciliter la mécanisation des petites entreprises grâce à un moteur à même de fonctionner à l’aide d’un combustible bon marché. De quoi aider les artisans à mieux concurrencer l’industrie lourde et ses machines à vapeur.

Lourd mais puissant, le moteur diesel trouve donc tout logiquement place dans l’industrie. Il fera ensuite son entrée dans les sous-marins à l’aube du XXe siècle. Puis en 1903, c’est sur une péniche qu’il est testé et approuvé. Le premier navire marchand équipé d’une telle mécanique sera un vaisseau danois en 1912.

Par après, Robert Bosch et Lucien-Eugène Inchauspé feront en sorte d’alléger l’engin tout en le rendant plus compact. De quoi l’installer cette fois sous le capot d’engins de guerre mais également d’équipements agricoles, puis des camions et enfin des automobiles.

Une fin peu glorieuse

Diesel disparaît mystérieusement en 1913 lors d’une traversée en Mer du Nord. Suicide ou assassinat d’un Allemand trop proche des Anglais avec qui il collaborait à l’aube de la Première Guerre mondiale ? Le mystère demeure entier.

Son invention vit elle aussi actuellement des heures difficiles. Pointée pour sa nocivité, elle est progressivement écartée des grandes villes et pourrait bien, à moyen terme, être bannie du Vieux-Continent.

Lire aussi : Ford déclare la guerre aux nids-de-poule