Une petite voiture électrique devrait voir le jour en 2019.

Vous connaissez Dongfeng Motor Group ? Fondée en 1968, cette entreprise chinoise produit des camions et des automobiles. Une activité qui fonctionne plutôt bien pour le groupe chinois, qui se positionne en deuxième position derrière SAIC.

Fin 2016, Dongfeng Motor Group annonce une part de marché de 11,3% pour les ventes domestiques de véhicules commerciaux et particuliers.

Dongfeng Motor Group est aussi connu pour ses nombreux partenariats noués avec les entreprises françaises. Citons notamment les accords avec Peugeot via DPCA dans les années 1990, puis avec Renault fin 2013 pour produire des automobiles sur le marché local...

Usine Renault Sandouville

Une solide confiance qui se développe encore avec l'annonce ce mardi de la création d'une nouvelle coentreprise entre Renault-Nissan et Dongfeng.

Le but ? Le développement et la production de voitures électriques sur le marché chinois, un segment en fort potentiel de croissance, en raison notamment de la forte pollution que connaît le pays.

La création de la eGt New Energy Automotive, se concrétisera dès 2019 avec la production de véhicules au sein de l'usine de Shiyan, un site dont la capacité est aujourd'hui de 120.000 voitures par an.

"La création de cette nouvelle co-entreprise avec Dongfeng concrétise notre volonté commune de développer des véhicules électriques compétitifs pour le marché chinois," a commenté Carlos Ghosn, Président-Directeur général de l’Alliance Renault-Nissan. "Nous sommes confiants dans notre capacité à répondre aux attentes des clients chinois et à renforcer notre leadership mondial dans le véhicule électrique." 

Un petit modèle électrique de segment A devrait donc voir le jour. Il serait proposé à un tarif "compétitif" pour gagner des parts de marché.

eGt New Energy Automotive sera détenue à parts égales par Renault-Nissan (un quart pour Renault et un quart pour Nissan) et par Dongfeng Motor Group.

Lire aussi:

Renault, qui est déjà présent en Chine avec son usine Dongfeng basée à Wuhan peine encore à réaliser les mêmes chiffres de vente que son concurrent PSA, présent depuis les années 1980 dans l'Empire du Milieu.

Ce nouveau partenariat pour la production de voitures électriques devrait permettre à la firme au Losange de rattraper un peu son retard, avec un objectif de 70'000 ventes à l'année.

Source : Renault et Le Point.