Le musée virtuel de la marque s'agrandit.

L’histoire de Citroën est ponctué d’exploits, d’abord marketing puis techniques à partir du lancement de la Traction pour faire simple. Mais il ne faut pas oublier non plus les superbes péripéties qu’étaient les Croisières organisées dans les années 20 et 30, qui démontrèrent la solidité des autochenilles de la marque.

Lire aussi :

Ces véhicules atypiques avaient droit à des noms imagés. En photos ci-dessus, le B2 modèle K1 qui traversa le Sahara en 1922 – une première pour un véhicule motorisé – fut ainsi baptisé Scarabée d’or. Il y avait aussi le Croissant d'Argent, que Citroën expose désormais dans son musée virtuel.

Cette autochenille, une P17, participa par exemple à la Croisière Noire, de Colomb-Béchar à Tannarive, en Afrique. Elle faisait alors partie intégrante d'un convoi de huit chenilles, qui réalisa ce périple en 10 mois, d’octobre 1924 à juin 1925.

Citroën Croissant d'Argent
Citroën Croissant d'Argent

Lire aussi :

En parallèle, Citroën a exposé au musée des Arts et Métiers de Paris l’exemplaire d’origine du Scarabée d’Or. En 2019, lors du centenaire de la marque, cette autochenille légendaire aura droit à sa fidèle réplique. Mené par plus de 60 étudiants, le travail de reconstruction initié en 2016 par l'association "Des Voitures et des Hommes" est réalisé avec l'aide de Citroën, du Musée des Arts et Métiers et de l’Aventure Peugeot Citroën DS.

Lire aussi :

Citroën Croissant d’Argent