Ce métal rare est utilisé dans la fabrication des catalyseurs.

En 2015, le diesel a subi une crise sans précédent qui est actuellement en train de conduire ce carburant à sa perte. De ce fait, les technologies 100% électriques n'étant pas encore tout à fait au point ou alors souvent inaccessibles financièrement parlant pour la plupart, les clients se rabattent logiquement vers des véhicules essence. Dès lors, la demande est plus forte concernant ces moteurs qui sont notamment équipés de pots catalytiques utilisant du palladium.

Lire aussi :

Pour vous rappeler brièvement le rôle d'un catalyseur, celui-ci permet aux éléments qui vont procéder à la catalyse, d’avoir le plus de contact possible avec les gaz d’échappement. Les éléments catalyseurs vont effectuer une transformation chimique des gaz toxiques (monoxyde carbone, oxyde d’azote, hydrocarbures non brûlés...) en composants moins polluants, c’est-à-dire en CO2 et en eau.

L'extraction de palladium dépend principalement de la production russe de nickel puisque le palladium est un produit secondaire obtenu lors de la fusion et de la purification du nickel. La forte augmentation de son prix est en réalité liée à un risque de pénurie en raison d'incertitudes autour des réserves russes et de sa politique d’exportation. Justement, à cause de ces incertitudes, le prix du palladium a plus que doublé en l'espace de deux ans. Il est actuellement affiché à 1098,56 dollars l’once (c'est-à-dire 31,1 grammes).

Lire aussi :

Concernant les moteurs diesel, leurs catalyseurs utilisent plutôt du platine. Certains fonctionnent néanmoins aussi avec du palladium. C'est en tout et pour tout 75% de la production mondiale de ce métal qui est utilisée pour l'industrie automobile. Le reste de la production de palladium est plutôt destinée à l’industrie électronique. Celui-ci permet notamment d'être utilisé comme conducteur pour les circuits intégrés par exemple. La Commerzbank estime que le palladium est la matière première qui enregistre les évolutions de prix les plus marquées.

Source : CCFA