Les temps changent, certaines "traditions" également.

Après la multitude d'affaires de harcèlement et d'agressions sexuelles révélées ces derniers mois, la défense des droits des femmes occupe logiquement et légitimement le devant de la scène. Dans ce contexte, le monde de l'automobile ne reste pas inactif et adapte lui aussi certains procédés.

C'est ainsi que la Formule 1 a décidé d'en finir avec les grid girls, ces filles présentes sur les grilles de départ et sur les podiums des courses, jugeant que cette pratique ne correspondait plus aux valeurs d'une société moderne en marche vers l'égalité.

Booth Babe

Le cas avait fait grand bruit et fait d'ailleurs encore beaucoup parlé plusieurs semaines après que les dirigeants de la F1 ont annoncé leur décision. Pourtant, la tendance semble claire et inéluctable. Depuis quelques mois, les différents salons de l'auto ne présentent, eux non plus, plus tout à fait le même visage.

Les marques ont en effet tendance à faire très attention, et à éviter au maximum l'idée de marchandisation de la femme, autrefois littéralement "plantée" devant les voitures afin d'attirer les clients masculins. Cela n'a pas encore totalement disparu, mais bon nombre de constructeurs renoncent aujourd'hui à cette pratique en avançant les mêmes arguments que les patrons américains de la Formule 1 : cette façon de faire n'est plus en adéquation avec la société actuelle.

Lire aussi:

Les esprits grincheux ne manqueront jamais de signaler que cela procurait du travail à bon nombre de ces charmantes demoiselles. Ce qui n'est pas entièrement faux puisque, à titre d'exemple, le groupe Fiat, comptant autrefois parmi les constructeurs qui engageaient le plus d'hôtesses, vient d'annuler toute une série de contrats de ce genre.

Pour autant, il est à signaler que la plupart des hôtesses continuent de travailler, mais voient leur rôle évoluer. De nombreuses marques misent désormais sur de nouvelles fonctions pour ces femmes. Plutôt que de ne constituer qu'un argument facilitant les ventes, elles jouent de plus en plus le rôle d'informatrices. Oui, elles restent grandes et jolies, mais le concept a basculé de la séduction vers l'élégance, et d'un rôle muet à un rôle plus valorisant sur le plan intellectuel.

Booth Babe

Bientôt, c'en sera donc fini de l'hôtesse potiche uniquement présente pour sourire à ces messieurs. Et, au-delà de la question des droits des femmes et l'égalité hommes-femmes, se trouve aussi une simple question de logique, à l'heure où les véhicules neufs sont désormais autant vendus à des hommes qu'à des femmes...

À Genève, le Salon qui ouvrira ses portes ce mardi n'échappera évidemment pas à la tendance, d'autant plus qu'il s'agit là de l'un des événements majeurs de l'année automobile. Certains constructeurs, comme Renault, engagent des hôtesses à but informatif, en prenant soin de les former comme il se doit afin qu'elles puissent répondre aux premières questions des clients.

2017 - Abarth 595 Pista à Genève

D'autres constructeurs, désireux de miser sur l'égalité au premier sens du terme, font ainsi apparaître des couples mixtes aux abords de leurs modèles, ce qui fait pleinement sens auprès d'un public de plus en plus varié.

Enfin, les tenues évoluent également. Pour contrecarrer toute impression de marchandisation du corps féminin, les marques sont nombreuses à adapter les tenues. Elles n'hésitent pas à ajouter un peu de tissu pour allonger les robes, passant là encore de l'idée de la femme sexy et qui sourit sans broncher à celle de femme élégante et cultivée. Plus qu'une tendance, c'est un nouveau virage pris par le monde automobile, qui a saisi tout l'intérêt de s'adapter au mouvement en marche bien au-delà de ses frontières.

Lire aussi: