La raison de la baisse du nombre de dépassements ?

La Formule 1 connaît une baisse du nombre de dépassements depuis le passage à des monoplaces plus larges et avec plus d'appui, l'épreuve d'ouverture de la saison 2018 à Melbourne n'ayant produit qu'une poignée de véritables dépassements en piste.

Alors que beaucoup de choses ont été dites sur l'aéro et son effet sur les voitures suivantes, Ricciardo explique que la largeur des voitures joue un rôle dans le fait que les manœuvres soient plus compliquées.

"Désormais, je pense que les pneus larges et les voitures larges prennent beaucoup de place sur la piste", a-t-il déclaré à Motorsport.com. "C'est difficile de trouver de l'air propre. C'en est à un point où je pense que certains que certains circuits vont être abîmés par la course."

Lire aussi : La F1 a déjà trouvé des réponses au problème des dépassement

"Je pense que les voitures plus étroites étaient super. C'est comme en moto, comme elles sont étroites, il y a toujours de la place pour passer. Et elles tournent 30 secondes moins vite par rapport à nous. Je pense que ça prouve que ce n'est pas une question de temps au tour. Il faut la capacité à faire la course, parce que c'est du spectacle."

Selon Ricciardo, la version 2014 des monoplaces à faible appui qui ont eu cours entre 2009 et 2016 était la meilleure en termes de course et de temps au tour. "Ouais, elles étaient lentes pour nos standards, mais pour un spectateur, ce n'était pas nécessairement différent. Mais la course... vous pouviez suivre, vous pouviez passer. Au niveau des dépassements, j'ai trouvé que c'était bien en 2014."

"Aérodynamiquement, elles sont très fortes aujourd'hui. Quand on regarde les pontons de la voiture, il y a tellement de pièces. C'est fou, mais tout ce que ça fait c'est que la voiture derrière est en grande difficulté. C'en est rendu à un point maintenant où, à Barcelone, nous allons vite. Virage 2, 3, c'était à fond, le virage 9 était à fond. Donc c'est impressionnant, mais plus nous allons vite, plus il est difficile de dépasser et plus il est difficile de suivre de près."

"Donc est-ce que nous voulons voir des voitures qui font 1'22 au lieu de 1'25, mais qui ne peuvent pas faire la course le dimanche ? Ou voulez-vous voir des voitures plus lentes mais qui peuvent faire la course ? Bien sûr, il faut qu'elles soient quand même rapides, mais il y a un équilibre."

Ricciardo juge aussi qu'en termes d'économie des coûts, la simplification de la réglementation moteur est la première chose à faire. "Je ne comprends pas un moteur de base, mais ceux-ci assurément pas. Et je pense que beaucoup d'argent est investi dedans et sans vraiment de raison."

"Bien sûr, avec certaines choses, l'industrie automobile peut apprendre un peu. Mais je pense qu'il y a beaucoup [d'argent] gaspillé sur la technicité, et ce n'est pas bon. Probablement que l'unité de puissance est là où il faut commencer [l'économie des coûts]. Et ensuite, je ne sais pas. Moins de moteurs ? C'est déjà le cas aujourd'hui. Ils réduisent les tests pour économiser de l'argent mais ensuite tout le monde bâtit des simulateurs à plusieurs millions de dollars. Je pense [que la solution] est d'être raisonnable, qu'importe ce que cela implique."

Source: Motorsport.com