Une mesure qui entrera en vigueur à compter du 1er juillet 2018.

Au mois d'avril dernier, l'agence de planification chinoise ou NDRC a annoncé la levée des restrictions qui empêchaient les constructeurs étrangers de détenir une participation majoritaire dans une filiale basée en Chine. Aujourd'hui, le ministère des Finances chinois a fait savoir que les droits de douane appliqués aux véhicules d'importation seront également réduits. Cette mesure prend également en compte les pièces détachées automobiles, dans le but de "promouvoir la réforme de l'offre ainsi que la transformation et la modernisation du secteur et de répondre à la demande des consommateurs".

Vous aimerez aussi:

Jusqu'à maintenant, les droits de douane sur les véhicules d'importation étaient de 25 % dans l'Empire du Milieu. À titre de comparaison, aux USA, ces taxes ne représentent que 2,5 %. Avec pas moins de 28,9 millions de véhicules vendus en 2017, la Chine représente le plus grand marché automobile au monde. Les constructeurs automobiles étaient "forcés" de produire leur véhicule en Chine (pour éviter des taxes exorbitantes), et de créer une "joint-venture" avec un fabricant local afin de pouvoir écouler leur stock.

Les choses évoluent donc dans le bon sens, puisque les constructeurs étrangers n'auront plus à collaborer avec un partenariat chinois pour vendre leur véhicule (cette mesure se fera étape par étape d'ici cinq ans), et verront les taxes d'importation passer de 25 % à 15 % !

Les deux premiers importateurs de véhicules en Chine sont Mercedes-Benz et BMW. Grâce à l'assouplissement des droits de douane, il est évident que les ventes de ces deux constructeurs premiums vont augmenter à partir du mois de juillet prochain car les prix de vente seront à la baisse.

La Chine et l'automobile: