De quoi équiper les futures Koenigsegg, Hennessey ou Bugatti ?

Où s'arrêtera la course à la performance et à la puissance ? Certainement pas de si tôt, en témoigne la politique menée par les trois constructeurs d'hypercars que sont Bugatti, Koenigsegg ou Hennessey. Leur futur challenge ? Dépasser la barre des 300 mph, c'est-à-dire 482 km/h avant certainement la barre fatidique des 500 km/h. Pour ce faire, il faut bien évidemment que ces autos soient équipées de pneumatiques spécifiques capables de résister à de très hautes vitesses, plusieurs fois de suite qui plus est.

Lire aussi :

Michelin serait actuellement en train de travailler sur le sujet à en croire Eric Schmedding, le responsable produit de Michelin qui, dans une interview accordée à nos confrères de Bloomberg, a confirmé que le manufacturier étudiait sérieusement la question de développer un pneumatique spécifique pour les très hautes vitesses et ainsi le proposer aux constructeurs intéressés. "C'est un jeu pour lequel les concurrents se livrent une compétition acharnée, et les choses évoluent rapidement", a-t-il annoncé. "Nous frappons à la porte des 300 mph".

Pour rappel, Koenigsegg s'est déjà grandement approché de la barre des 300 mph en réalisant en novembre dernier une pointe à 277,9 mph (soit environ 447 km/h) avec l'Agera RS. Concernant Bugatti, la marque a volontairement limité la vitesse de sa Chiron à 420 km/h pour le moment. Quant à Hennessey, le constructeur a déjà confirmé qu'il enverrait sa Venom F5 de 1622 chevaux et 1762 Nm de couple, début 2019. Avec ou sans pneumatiques Michelin ? La question reste en suspens.

Source : Bloomberg