Elle sera donc officiellement adoptée le 1er juillet.

Après de longs mois d'espoir pour les opposants à la loi des 80 km/h, qui comptaient dans leur rangs les associations d'automobilistes, mais aussi les sénateurs et certains maires de communes, qui voulaient que la loi soit appliquée au cas par cas selon le caractère accidentogène des routes, le décret a été publié au Journal Officiel, entérinant définitivement l'adoption de la loi à compter du 1er juillet.

Lire aussi:

Quelques jours après une dernière tentative des sénateurs, qui voulaient repousser la loi pour qu'elle soit adaptée localement et non démocratisée sur l'ensemble du territoire, le Premier Ministre Edouard Philippe a validé l'entrée de sa loi au Journal Officiel, qui fera donc passer la limitation de vitesse de 400'000 kilomètres de route à double sens sans séparateur central à 80 km/h au lieu de 90 km/h.

C'est donc l'article R-413-2 du Code de la Route qui a été modifié par le décret 2018-487, qui précise toutefois que "la vitesse sur les sections de routes comportant au moins deux voies affectées à un même sens de circulation est relevée, sur ces seules voies, à 90 km/h." Une précision qui ne devrait pas concerner une grande partie du réseau, et qui laissera donc un grand nombre de routes à 80 km/h.

Lire aussi:

Emmanuel Macron a assuré que si la mesure ne s'avérait pas efficace, un retour en arrière serait effectué, sans toutefois préciser ce qu'il adviendrait du coût généré par un double changement de signalisation, puisqu'il faut changer un nombre estimé de 20'000 panneaux, et reprogrammer tous les radars. C'est d'ailleurs ce qui sera fait dès le 1er juillet sur l'ensemble des routes concernées, ce qui encouragera à la plus grande vigilance pour ne pas se faire surprendre par ce qui seront dans deux semaines des mauvaises habitudes.