Depuis fin 2016, le groupe Volkswagen s’est engagé à mettre à retirer son logiciel truqueur.

Après l'énorme scandale du dieselgate, de nombreux constructeurs ont été éclaboussés par cette affaire. De son côté, Volkswagen, qui est à l'origine de cette affaire, a été condamné à payer une amende record d'un milliard d'euros en Allemagne. Le groupe a aussi l'obligation de rappeler toutes les voitures concernées par la tricherie, afin de retirer le logiciel truqueur et de les mettre aux normes. 

Nous voilà au mois de juillet 2018, et selon la Commission européenne, le groupe a réparé près de 8,5 millions de véhicules à travers l'Europe, soit 80 % de la totalité. Volkswagen a donc "tenu sa parole" et poursuit les réparations, mais la Commission européenne estime qu'il y a de grandes disparités entre les clients européens ; tous ne sont pas logés à la même enseigne. En effet, alors que le taux de réparation est de 96 % en Allemagne, il n'est que de 36 % en Roumanie...

Lire aussi:

De plus, les institutions regrettent que le groupe allemand ne donne pas de garantie totale après les réparations. Eh c'est bien dommage, car des clients se sont plaints du mauvais fonctionnement de leur voiture après le passage à l'atelier. Des voyants lumineux s'affichent sur le tableau de bord, et certaines voitures se sont même mises à brouter.

De son côté, Volkswagen ne s'est pas encore exprimé... peu importe, car les ventes de la marque et du groupe Volkswagen sont reparties à la hausse dans presque toutes les régions du monde, signe que le chapitre "dieselgate" n'est plus d'actualité dans la tête des clients.