Les Norvégiens semblent anticiper les prochaines mesures gouvernementales de leur pays.

Comme vous n'êtes pas sans le savoir, le monde de l'automobile se prépare à l'une des plus importantes transitions de son histoire. En effet, au moment où les consciences s'éveillent face aux dangers du dérèglement climatique et à l'impact des rejets de CO2 de nos moyens de transport, les gouvernements mettent en place des mesures visant à rectifier le tir. Si la France, le Royaume-Uni ou encore l'Allemagne ont fait de cette transition énergétique une de leurs priorités, du côté du nord de l'Europe, il semblerait que certains pays aient un peu plus d'avance. En effet, en Norvège, près d'une voiture neuve sur trois vendues dans le pays est 100 % électrique.

Incitations gouvernementales

Comment cela s'explique ? Tout simplement par le fait que le gouvernement norvégien a récemment pris des mesures drastiques visant à interdire les moteurs thermiques dès 2025. Ce qui laisse donc seulement six ans aux Norvégiens pour prendre leurs dispositions à ce niveau. Pour entrer un peu plus dans les détails, un organisme indépendant et spécialisé, l'OFV, a annoncé mercredi que les voitures électriques représentaient en Norvège 31,2 % de l'ensemble des ventes dans le pays en 2018. Là où c'est encore plus impressionnant, c'est quand on fait le parallèle avec les chiffres de 2017 où ce taux n'était "que" de 20,8 %. En 2013, soit seulement six ans en arrière, celui-ci était de 5,5 %. 

Les ventes de voitures 100 % électriques ont augmenté de 40 % l'année dernière en Norvège pour atteindre la barre des 46'092 unités vendues. Du côté du diesel, les ventes ont chuté de 28 % tandis que les modèles essence ne sont pas épargnés non plus avec une diminution de 17 %. Plus étonnant encore, les ventes de véhicules hybrides non rechargeables ont également baissé de 20 %. Peut-être que ceux-ci commencent peu à peu à montrer leurs limites, surtout quand l'hybride rechargeable gagne du terrain et s'avère être globalement une bien meilleure solution, aussi bien en termes de consommations que d'autonomie en usage 100 % électrique.

Une politique incitative et non punitive

Contrairement à d'autres gouvernements, en Norvège, on a plutôt fait le choix d'une politique incitative et non punitive. Afin de lutter contre le réchauffement climatique, le gouvernement norvégien a supprimé la plupart des taxes sur les voitures électriques. D'autres décisions incitent aussi les Norvégiens à changer leurs habitudes, comme la mise en place de zones de stationnement gratuites pour les voitures électriques ou encore la multiplication de bornes de recharge. En diminuant la ponction fiscale, le gouvernement réduit effectivement ses recettes, mais force est de constater que cela fonctionne du moment où le dérèglement climatique n'est pas un bon moyen de se remplir les poches mais une vraie cause qui réclame évidemment quelques sacrifices, notamment financiers.

Si la Norvège est bien en avance par rapport au reste de l'Europe, le chemin est encore long jusqu'en 2025. Effectivement, 70 % des autres véhicules vendus fonctionnent avec un moteur thermique. L’Agence internationale de l’énergie précise que la Norvège est le premier pays au monde en termes de part de marché cumulée des véhicules électriques et hybrides rechargeables. Avec un taux de 39 % en 2017, le pays scandinave devance l’Islande et ses 12 % et la Suède avec 6 %. La France dans tout ça ? Seulement 1,7 % de part de marché cumulée. Preuve en est que tout est encore à faire dans l'Hexagone. Pour la petite anecdote, la Nissan Leaf aura été le modèle le plus vendu en Norvège, tous types confondus. Tesla, qui bat chaque année des records de production, figure aussi parmi les meilleures ventes.

'