Cinquième année de hausse consécutive, grâce à Opel et Vauxhall.

PSA se félicite d'avoir signé une excellente année 2018. Dans l'absolu, les ventes mondiales du groupe tricolore ont en effet progressé de 6,8% pour atteindre un chiffre record de 3,9 millions d'unités. Néanmoins, cette performance est d'abord et surtout due à l'intégration d'Opel et de son pendant britannique Vauxhall. Sans les ventes de ces marques, qui ont été comptabilisées pour la première fois en année pleine en 2018, le groupe tricolore aurait enregistré un recul de 12%.

En Europe, PSA a bien géré le passage aux normes WLTP en septembre, ce qui lui a permis de terminer l'année 2018 avec une part de marché de 17,1%, en hausse de 3,8 points. Le groupe a en outre été porté par la bonne santé de Peugeot et de Citroën : avec des ventes en hausse d'environ 5%, les deux marques enregistrent la hausse la plus significative dans le top 10 des constructeurs en Europe. Au total, ce sont 3'106'160 véhicules issus des différentes firmes de PSA qui ont été écoulés sur le Vieux Continent.

DS 3 Crossback (2019)
Citroën C5 Aircross
Peugeot 508

En revanche, la situation est toujours aussi compliquée en Chine, où les ventes ont plongé de 34,2%. "Le Groupe travaille sur plusieurs plans d’actions avec ses partenaires afin de surmonter les difficultés en cours", assure PSA, qui a vendu à peine plus de 260'000 voitures en Chine et Asie du sud-est l'année dernière.

Plus spectaculaire encore est la régression de 52,8% dans la région Moyen-Orient / Afrique, principalement due au retrait forcé d'Iran. Néanmoins, avec près de 292'000 véhicules absorbés, cette partie du monde reste le deuxième marché le plus important pour PSA, devant l'ensemble Chine / Asie du sud-est et l'Amérique Latine (environ 175'000 unités écoulées, -15%). 

Le groupe est optimiste pour l'année 2019, qui marquera notamment le début d'un offensive sur le marché des véhicules électriques et hybrides.