Il se pourrait qu'il n'y ait pas assez de batteries...

Le passage d'une technologie thermique à une propulsion électrique n'est pas une mince affaire, et ce n'est pas Mercedes qui dira le contraire, alors que la marque continue à préparer la naissance de son premier modèle 100 % électrique, l'EQC. Le SUV de la marque devait être lancé en concessions au cours de l'été mais la marque à l'étoile a révélé qu'il ne pourrait pas être commercialisé à grande échelle avant le mois de novembre.

Mercedes n'a pas encore confirmé ce retard mais il apparaît que seuls quelques clients VIP pourront obtenir leur exemplaire du SUV en temps et en heure, entre juin et août, tandis que l'arrivée en concessions se fera bien plus tard, à quelques semaines de la fin d'année. C'est à l'usine de Brême que l'EQC est construit, là où les Classe C et GLC viennent également à la vie.

L'absence de confirmation nous empêche de savoir exactement ce qui cause ce retard, même s'il est probable que la fabrication des batteries, ou en tous cas leur disponibilité, soit en cause. C'est une filiale de Daimler, Deutsche Accumotive, qui fabrique les batteries de l'EQC. Celles-ci totalisent 80 kWh de capacité et revendiquent une autonomie de 450 km en cycle NEDC. Le pack de batteries, composé de 384 cellules et pesant 650 kilos, est intégré directement sous le plancher et possède un système de régulation thermique.

Cela porte le poids total de l'EQC à 2425 kilos. Les deux moteurs électriques, situés à l'avant et à l'arrière de la voiture, développent 408 chevaux et 765 Nm de couple. Grâce à ces performances, et en dépit du poids élevé du SUV, celui-ci sera capable d'abattre le 0 à 100 km/h en 5.1 secondes. On attend désormais la confirmation officielle de Mercedes quant à ce retard, qui est symptomatique du passage des constructeurs à l'électrique, ce qui nécessite de nombreux changements dans la production et la fabrication.

'