Les quatre sites du groupe seront fermés jusqu'au 23 avril 2019.

Jaguar Land Rover a connu des jours plus heureux. En effet, le groupe vient de mettre au chômage technique ses quatre sites britanniques, à savoir Castle Bromwich, Solihull et Wolverhampton dans les West Midlands et Halewood dans le Merseyside. Cet arrêt de la production s'ajoute en prime de ça à la fermeture annuelle pour Pâques. De ce fait, le travail reprendra pour les 18'500 salariés théoriquement à partir du 23 avril 2019. Cette mesure a été prise dès le mois de janvier en prévision justement des difficultés rencontrées à l'approche du Brexit dont l'échéance était, au début de l'année, au 29 mars 2019. Les salariés seront payés mais devront rattraper ces heures par la suite.

Mick Graham, le responsable du syndicat Unite à l'usine de Solihull a déclaré au Guardian"Nous savions que nous devions prendre des mesures pour atténuer les effets potentiels d'un mauvais Brexit ou d'un Brexit sans accord. Les fournisseurs ont besoin de visibilité pour nous faire parvenir leurs pièces. C'était bien évidemment une mesure de prudence". L'industrie automobile d'outre-Manche est d'une manière générale en pleine tempête puisque Jaguar Land Rover n'est pas seul à être en difficulté. Honda a par exemple annoncé la fermeture de son usine de Swindon en 2021, BMW pourrait cesser la fabrication de la Mini du côté de Cowley et Ford a annoncé la suppression de nombreux postes en Europe, dont une majorité au Royaume-Uni.

Le Brexit arrive d'une manière générale en même temps que les mauvais résultats enregistrés par le groupe. Au cours de l'exercice annuel 2018-2019 qui s'est terminé en mars, Jaguar Land Rover a vendu 578'915 voitures dans le monde, soit une baisse de 5,8 % par rapport à la même période l'an passé. Au mois de mars 2019, en Europe, les ventes ont chuté de 4,5 % et elles se sont même littéralement effondrées en Chine avec une baisse spectaculaire de 34 %. En France, même s'il s'agit d'une niche pour Jaguar Land Rover, les ventes ont chuté de 19 % en mars 2019 par rapport à mars 2018 avec 999 ventes au cumulé. Conséquence logique de tout ce remue-ménage : une suppression de 4500 emplois à travers le monde, principalement des postes de direction au Royaume-Uni.