Le constructeur japonais songe à dévergonder sa nouvelle compacte.

Avec son allure racée et son châssis réussi, la nouvelle Mazda3 a tout pour devenir une des GTI les plus désirables du marché. Pour le moment, nul ne sait si le constructeur japonais compte vraiment installer une mécanique puissante sous le capot de ce modèle, mais de nouveaux éléments poussent à l'optimisme.

D'après les anglais d'Autocar, Kota Beppu, le directeur du programme de la Mazda3, a abordé le sujet lors d'un événement orchestré pour le lancement du véhicule en Australie. "Je suis un mordu de voitures, donc à titre personnel, j'aimerais évidement une Mazda3 haute performance… je ferai de mon mieux", a indiqué le haut responsable, laissant donc clairement la porte ouverte.

Si le feu vert est donné, Mazda optera a priori pour le moteur 2,5 litres turbo dont profitent certains de ses modèles aux États-Unis. Pas de Skyactiv-X donc, ni d'hybride. S'il est repris tel quel, le 2,5 litres en question délivrera 250 ch. Une puissance qui pourrait paraître un peu juste sur le segment des compactes sportives, mais qui permettrait de préserver une motricité optimale. Ces considérations n'auraient en revanche plus lieu d'être si Mazda reprenait pour cette version sportive la transmission intégrale que peut recevoir la "3" aux États-Unis.

D'après le même Kota Beppu, cette version de la Mazda3 devrait rester fréquentable en dépit de ses ambitions sportives, "plus accueillante qu'une Golf GTI", tout en étant bien évidemment rapide. Plus qu'une hot hatch au sens où on l'entend habituellement, elle serait une sorte de super Mazda3, qui intégrerait le catalogue à l'horizon 2021.

Même si le constructeur se décide à développer un tel modèle, il n'est pas certain qu'il le propose en Europe, où les normes environnementales sont plus strictes.

Source : Autocar

'