17 centimes en trois mois pour le SP 95 !

Principal déclencheur du mouvement des gilets jaunes, le prix des carburants avait chuté drastiquement en fin d'année 2018, aidé essentiellement par la baisse du prix du baril, et avait atteint en tout début d'année un niveau très bas, grâce à la non-application de la Taxe Carbone, initialement prévue en au 1er janvier 2019. Mais depuis la troisième semaine de janvier, ceux-ci n'ont fait que remonter.

Lors de la première semaine de l'année, en janvier, le SP95 affichait un prix à la pompe de 1,3831 €, le SP95-E10 à 1,3813 € et le gazole à 1,3873 €. Pour constater à quel point l'ascension des tarifs est vertigineuse, il faut se pencher sur les tarifs appliqués en cette fin de mois d'avril : 1,5802 € pour le SP95, 1,5554 € pour le SP95-E10 et 1,4818 € pour le gazole ! Si la hausse du gazole s'est limité à une dizaine de centimes, ce qui est déjà conséquent, les prix de l'essence ont tout bonnement explosé avec 17 centimes de plus qu'en tout début d'année.

Un record depuis six ans pour le SP95

La faute à plusieurs facteurs : Le premier est évidemment le prix du baril, qui n'a cessé d'augmenter ces derniers mois, le second est l'accord entre plusieurs pays producteurs de pétrole, qui limitent toujours un peu plus les quantités de production d'or noir, et la dernière raison à cela sont les sanctions américaines contre l'Iran, qui imposent un embargo sur certains produits pétroliers et interdisent l'utilisation du dollar américain dans les échanges commerciaux avec l'Iran.

Cela a pour effet de faire grimper les tarifs, et le niveau atteint aujourd'hui est tout simplement le plus haut depuis avril 2013, soit six ans, pour trouver des tarifs aussi élevés sur l'essence sans plomb. Il est bon de noter que le SP95-E10 est proche d'atteindre son record absolu, enregistré en juillet 2013. Le gazole, quant à lui, n'a pas encore retrouvé son niveau d'octobre 2018, qui avait été un déclencheurs de la colère des Français, puisqu'il s'affichait à 1,54 €.

'