Le groupe Français va sérieusement étudier cette proposition.

Suite au conseil d'administration qui s'est tenu au matin du lundi 27 mai 2019, le groupe Renault s'est dit intéressé par la fusion à 50/50 avec le groupe italo-américain FCA.

"Après avoir revu attentivement les termes de cette proposition amicale, le Conseil d’administration de Renault a décidé d’étudier avec intérêt l’opportunité d’un tel rapprochement, confortant l’empreinte industrielle du Groupe Renault et générateur de valeur additionnelle pour l’Alliance" peut-on lire sur le communiqué de presse de Renault.

Selon Le Parisien qui cite une source proche du dossier : "Un autre conseil d'administration, décisionnaire celui-là, devrait se tenir dès la semaine prochaine, confirme la direction. Pour une fusion qui pourrait être lancée dans les semaines qui viennent". Toujours selon la même source, cette fusion entre le groupe Renault et le groupe FCA serait sur le bon chemin. À terme, les deux groupes créeront une nouvelle entité détenue à 50 % par les actionnaires du groupe FCA, et à 50 % par ceux de Renault.

En revanche, FCA met un point d'honneur à ce que le groupe Renault ne fusionne pas avec Nissan au cours des douze prochains mois, comme nous l'avions annoncé la semaine dernière. Renault avait proposé à Nissan de fusionner via la création d'une holding, mais le constructeur japonais a refusé cette proposition. 

Selon la direction, la fusion entre FCA et Renault serait donnant-donnant. Même si FCA est en difficulté en Europe, il ouvrirait la porte au marché américain grâce à Jeep et Chrysler. De l'autre côté, Renault permettrait à FCA d'accéder au marché asiatique via Nissan et Mitsubishi. Mais ce n'est pas terminé, la fusion permettrait de mutualiser les investissements afin de faire face aux enjeux de demain que sont la voiture électrique et les véhicules autonomes. 

Source : Renault, Le Parisien

'