Nissan se dit prêt à lancer des procédures pour récupérer la somme.

Depuis l'arrestation de Carlos Ghosn en novembre 2018, Nissan a mené un audit interne dont les résultats viennent d'être révélés par le constructeur japonais. Carlos Ghosn et son bras droit, Greg Kelly, sont accusés de malversations financières. Selon Nissan, pour Ghosn, leur montant s'élèverait à 35 milliards de yens, soit près de 300 millions d'euros !

"Sur cette somme, 210 millions d'euros ont été déboursés par Nissan et 84 millions ont été provisionnés, mais non payés", a expliqué Motoo Nagai, responsable du comité d'audit.

Des irrégularités qui mettent à mal l'ex-patron

Selon le rapport, Carlos Ghosn voulait se voir verser des rémunérations différées lors de son départ. L'ancien patron aurait aussi utilisé les actifs de l'entreprise Nissan à des fins personnelles. Il aurait ainsi déboursé 27 millions de dollars pour acheter des résidences à Beyrouth (Liban) et à Rio de Janeiro (Brésil). Ghosn aurait aussi versé la somme de 750'000 dollars à sa sœur, pour un contrat de consultante totalement fictif selon les conclusions de Nissan. Enfin, le jet privé de la société aurait été utilisé par les enfants de Carlos Ghosn. Dans son rapport, Nissan se dit prêt à "engager toutes les procédures légales possibles" pour que Carlos Ghosn rembourse cette somme. Les avocats de M.Ghosn ont fait savoir que leur client continuera de combattre pour que justice soit faite.

D'autres responsables sont dans le viseur

Carlos Ghosn est loin d'être le seul haut responsable à profiter du système. Cette semaine, le patron de Nissan - Hiroto Saikawa - a annoncé sa démission. Il a reconnu avoir touché un bonus de 400'000 euros malgré lui, grâce au système mis en place par l'ancien patron, Carlos Ghosn. Selon Les Echos, "une demie-douzaine d'autres cadres pourraient ainsi être appelés à rendre des comptes devant les administrateurs".

Source: Le Parisien