Des certitudes plutôt que des litiges !

Moyen de locomotion nouveau et pratique pour certains, véritable fléau pour d'autres en raison du grand nombre de ces petits objets qui envahissent les rues des grandes villes, la trottinette électrique ne laisse pas grand monde indifférent. Mais surtout, elle pose parfois problème dans son appréciation face aux autres véhicules, qu'il s'agisse des vélos ou des voitures, ainsi que par rapport aux piétons. C'est pour cela qu'un décret a été publié au Journal officiel, permettant de fixer un cadre légal sur cette nouvelle mobilité désormais très populaire.

Le décret en question entrera en vigueur dès samedi, du moins en partie, tandis que le reste sera adopté en juillet 2020. Il modifie donc le Code de la Route afin de "définir les caractéristiques techniques et les conditions de circulation des engins de déplacement personnel", motorisés ou non, qui sont présentés comme de "nouvelles catégories de véhicules", et dont les fameuses trottinettes électriques font partie.

La première règle concerne le nombre de passagers de ces engins, et le cadre légal confirme qu'il est désormais impossible d'y monter à plusieurs, et que le seul occupant de tels engins doit avoir au moins 12 ans. Il les qualifie également de manière indépendante, c'est-à-dire qu'elles ne pourront ni tracter un autre véhicule, ni se faire remorquer. De même, un cadre légal très strict est appliqué quant au respect des limitations de vitesse, avec une amende allant jusqu'à 1500 euros si la trottinette est modifiée pour dépasser les 25 km/h.

Les équipements de sécurité, à savoir casque et gilet réfléchissant, deviennent également obligatoire hors agglomération, tandis qu'en ville, leur cadre de circulation a été défini aux pistes cyclables, mettant fin à leur circulation sur le trottoir ou sur la route. Des exceptions pourront toutefois être faites pour "autoriser la circulation des engins sur le trottoir, à condition qu'ils respectent l'allure du pas et n'occasionnent pas de gêne pour les piétons", ainsi que "sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 80 km/h."