La voiture ? Elle reste au garage !

Si vous conduisez dans la capitale, voici une nouvelle qui ne devrait pas trop vous plaire. La maire de Paris, Anne Hidalgo, veut supprimer 60'000 places de stationnement en surface. La chasse aux voitures, même stationnées, continue, dans le but de favoriser le déploiement des pistes cyclables. D'ici 2024, si elle est réélue lors des municipales en mars 2020, Anne Hidalgo promet que la capitale deviendra complètement cyclable.

Afin de créer un réseau de grands axes de pistes cyclables, dit Vélopolitain, il faut de la place, et pour cela, rien de mieux que de supprimer des places de stationnement. À terme, 400 km de pistes cyclables seront ajoutés aux 1018 km déjà existants. Et ce n'est pas tout, car en plus des nouvelles pistes cyclables, 100'000 nouveaux stationnements pour vélo pourraient fleurir dans la capitale. Cela s'ajoute au fait que l'actuelle maire de Paris souhaite la création et la mise en place d'un "code de la rue" afin que la priorité soit donnée aux cyclistes et aux piétons. Cette mesure passera par le déploiement et la multiplication d'agents de police pour assurer la sécurité de la circulation des cyclistes.

 

La maire PS souhaiterait qu'au moins une "vélorue" soit dédiée aux cyclistes dans chaque arrondissement. Mais elle reste tout de même réaliste, car si les cyclistes devront pouvoir pédaler dans toute la capitale, Anne Hidalgo reconnaît que seuls les grands axes seront sécurisés. Pour les autres, ils seront toujours difficilement accessibles aux cyclistes comme les ponts et les portes de Paris qu'elle qualifie de "zone de danger".

Si se garer à Paris est un cauchemar, il le sera encore plus avec la disparition de près de la moitié des places de stationnement disponibles en surface (133'000 places de stationnement au total). Car oui, il restera toujours les places de stationnement dans les parkings en sous-sol, mais il n'est pas prévu d'en construire davantage ; les voitures ne sont plus les bienvenues, quand bien même elles seraient "propres".