De quoi remettre la firme britannique sur les rails ?

Les rumeurs en faisaient déjà état il y a quelques jours. Avant d'être démenties. Mais c'est désormais officiel : Lawrence Stroll vient de s'offrir 16,7 % d'Aston Martin. Le deal a été confirmé ce vendredi 31 janvier 2020, jour de Brexit, au London Stock Exchange. Une part du gâteau qui coûte au businessman canadien pas moins de 182 millions de pounds, l'équivalent de plus de 216 millions d'euros. Sans oublier un petit coup de pouce en cash de 318 millions de pounds, environ 379 millions d'euros. À noter que Lawrence Stroll se base en réalité ici sur un consortium d'investisseurs baptisé Yew Tree Overseas Limited dont il est le dirigeant.

"Assurer la sécurité financière de l'entreprise"

Un vent d'air frais de 500 millions de pounds en tout, presque 600 millions d'euros, alors que la marque était au plus bas, ayant signé des ventes inférieures aux prévisions en 2019. D'ailleurs sur les 500 millions de pounds, ce sont 55,5 millions de pounds (65 millions d'euros) de liquidités qui vont être injectées directement et rapidement dans l'entreprise. De quoi "augmenter la production du DBX" comme l'a expliqué la firme de Gaydon.

"Je suis ravi qu'avec mes partenaires et le consortium nous ayons trouvé un accord avec le conseil d'administration et les actionnaires pour procéder à cet investissement significatif sur le long terme", précise Lawrence Stroll. "Aston Martin Lagonda produit des voitures de luxe parmi les plus emblématiques, conçues et fabriquées par des personnes très talentueuses. Notre investissement annoncé aujourd'hui assure la sécurité financière de l'entreprise et le fait qu'elle pourra évoluer avec une position économique renforcée."

Du changement en F1

Lawrence Stroll étant aussi propriétaire de l'écurie de F1 Racing Point, et le père d'un de ses pilotes Lance Stroll, cette importante participation dans Aston Martin aura aussi évidemment des conséquences sur le sport automobile. En l'occurrence, Racing Point deviendra Aston Martin dès 2021.

Quant à ceux qui se demandent ce que va devenir la future Aston Martin Valkyrie, fruit du partenariat entre la firme britannique et Red Bull Racing, un communiqué précise que les liens entre les deux "continueront jusqu'à ce que la Valkyrie soit terminée".

"Une fois l'investissement de 500 millions de livres achevé, j'ai hâte de travailler avec le conseil d'administration et les dirigeants d'Aston Martin Lagonda pour passer en revue et améliorer chaque aspect de l'entreprise dans ses opérations et son marketing, de continuer à investir dans le développement de nouveaux modèles et de nouvelles technologies, et de commencer à rééquilibrer la production pour privilégier la demande par rapport à l'offre. Avec mes associés, nous croyons fermement qu'Aston Martin est l'une des grandes marques mondiales de voitures de luxe. Je pense que cette combinaison entre mon capital et mon expérience dans l'industrie automobile et dans l'établissement de grandes marques internationales permettra de concrétiser le potentiel d'Aston Martin Lagonda sur la durée."