Après pratiquement trois mois d'interruption.

Les examens du permis de conduire ont été interrompus à partir du 16 mars, soit la veille du confinement consécutif au COVID-19. Depuis, ils ont tous été annulés et aucun permis n'a été délivré en France, mais ils vont reprendre à partir de la semaine prochaine, non sans devoir éponger un retard énorme dans les examens.

Les examens des permis moto et poids lourds ont déjà repris durant la première phase du déconfinement, mais ceux des candidats au permis B n'ont pas encore été relancés. Ce sera chose fait lundi 8 juin, non sans une série de mesures sanitaires destinées à préserver la santé des candidats, inspecteurs et moniteurs qui seront présents lors de la tentative d'obtention du précieux sésame.

Parmi les obligations, qui pourraient cependant déstabiliser les candidats, il y aura le port du masque et l'installation de housses sur les sièges. Les services d'inspection des permis de conduire seront aussi contraints de désinfecter intégralement l'intérieur des véhicules entre chaque candidat.

Mais ce n'est pas le principal problème qui se pose dans le système des permis de conduire, puisqu'il est estimé que 330'000 examens du permis auto ont été annulés depuis le 16 mars, d'après un chiffre de l'Union Nationale des Indépendants de la Conduite (UNIC). Une situation qu'il va être difficile d'endiguer, puisque les 330'000 candidats lésés devront être reprogrammés, des rattrapages devront avoir lieu, et ceux qui n'ont pas pu programmer leur examen depuis mars vont aussi vouloir le passer, après que les auto-écoles ont rouvert le 13 mai.

Les temps d'attente devraient donc être largement supérieurs à ce qu'ils sont déjà en temps normal, bien qu'il faille déjà plusieurs mois habituellement pour obtenir une place. Selon l'UNIC, qui pointe les temps d'attente liés aux mesures sanitaires, seuls 11 examens pourront être passés par jour et par examen, contre 13 habituellement.