La marque a annoncé le gel des lancements de nouveaux modèles sur le marché européen pour les prochaines années.

L'été est pour le moins agité du côté de chez Mitsubishi. En effet, la firme japonaise vient d'annoncer une série de mesures suite à la tenue du conseil d’administration du constructeur dans le cadre de son plan de rationalisation. Plusieurs décisions en ressortent dont une qui concerne le marché européen et qui n'augure rien de bon à court comme à moyen terme.

En effet, Mitsubishi a annoncé le gel du lancement de nouveaux modèles sur le Vieux Continent. Ainsi, sur les trois prochaines années au moins, il n'y aura pas de nouveaux modèles chez Mitsubishi en Europe. Une bien mauvaise nouvelle, d'autant plus que la firme japonaise devait inaugurer à la fin de l'année un nouveau SUV de segment C et, plus tard, un autre de segment D, tous les deux hybrides rechargeables avec donc un avenir pourtant prometteur sur nos routes.

Un avenir d'ores et déjà scellé en Europe ?

Autant dire que même si la communication de Mitsubishi en Europe se veut prudente, avec de si mauvaises nouvelles, il semblerait que l'Alliance ait déjà scellé le sort de Mitsubishi en Europe. En effet, le gel de l'arrivée de deux nouveaux produits, aussi importants qui plus est pour le marché européen, n'augure rien de bon. En lisant entre les lignes d'une manière plus globale, s'il n'y a pas de renouvellements, Mitsubishi devrait vraisemblablement quitter l'Europe d'ici les prochaines années et n'assurer qu'un service après-vente pour ses clients.

La marque indique, pour le moment, que "les ventes des modèles existants se poursuivront. En outre, le service après-vente sera maintenu". De ce fait, Mitsubishi devra donc encore compter quelques années sur le succès de son Outlander PHEV, précurseur dans sa catégorie certes, mais qui se retrouve aujourd'hui confronté à de très nombreux concurrents.

En d'autres termes, il semblerait que Mitsubishi suive le même schéma que la marque Infiniti l'année précédente, avec des produits plus forts certes, mais son avenir en Europe semble suivre le même chemin. Pourtant, le plan produit de la marque semblait plutôt ambitieux et en adéquation avec la demande européenne.

Devenir plus fort en Asie du Sud-Est

Sur l'ensemble de l'année 2020-2021, Mitsubishi prévoit une perte nette de 360 milliards de yens (soit environ 2,9 milliards d'euros). L'objectif du plan triennal voté par le conseil d'administration est donc de rationaliser les dépenses et améliorer la rentabilité. Mitsubishi va alors se concentrer sur les régions porteuses et des technologies en adéquation avec les objectifs fixés par le législateur.

La firme japonaise a aussi décidé de se recentrer sur ses marchés de prédilection, à commencer par l’Asie du Sud-Est, afin d’atteindre plus de 11 % de parts de marché à terme au sein de cette zone. Le conseil d'administration a statué également sur une réduction des coûts fixes dans cette région à travers l’optimisation des capacités de production et la fermeture de l’usine japonaise produisant le Pajero.

Toujours dans l'optique de proposer des modèles plus pertinents avec les attentes des clients et le respect des normes environnementales, Mitsubishi prévoit de lancer deux modèles électrifiés destinés à la région Asie du Sud-Est d'ici 2022.