Le constructeur allemand laisse planer le doute concernant sa citadine et son avenir à moyen terme dans la gamme.

Vous vous souvenez peut-être de l'Audi A2, une sorte de mini-monospace produit entre 1999 et 2005 dont la particularité était d'avoir une structure réalisée entièrement en aluminium. À l'époque, c'était assez révolutionnaire d'utiliser ce type de matériau pour une voiture destinée au grand public.

Il y avait plusieurs avantages, notamment un risque de corrosion nul, un poids raisonnable compris entre 895 à 1070 kilos selon la motorisation et l'équipement et un espace intérieur généreux avec quatre places. Le revers de la médaille, c'était son prix, soit environ 20'000 euros en prix de départ en France, soit le même prix qu'une Audi A3. Ce ne fut pas un franc succès commercial pour Audi et l'A2 n'a jamais eu de descendante.

Audi A2
Trop en avance sur son temps l'Audi A2 ?

Mais cela pourrait rapidement changer, notamment après une refonte de la gamme. Le patron d'Audi, Markus Duesmann, en aurait révélé davantage à ce sujet à nos confrères britanniques d'Autocar. En effet, la présence des autres marques du groupe Volkswagen sur le segment des citadines expliquerait le fait qu'Audi se pose des questions concernant l'avenir de l'Audi A1.

"Nous discutons de ce que nous faisons avec les petits segments. Sur le segment de l'A1, nous avons d'autres marques qui sont actives et rencontrent un grand succès, avec une production très élevée, donc nous nous interrogeons sur l'A1 en ce moment", précise Markus Duesmann.

Il y a aussi une question de rentabilité derrière tout ça, et l'A1 n'est évidemment pas la plus rentable, malgré les synergies évidentes avec les autres citadines du groupe Volkswagen. Les systèmes de dépollution nécessaires pour respecter les normes environnementales sont coûteux, et cela se ressent sur le prix de vente des voitures. Et c'est encore plus significatif lorsque le modèle évolue sur un segment censé être plus abordable.

Audi AI:ME
Le concept-car Audi AI:ME présenté en 2019.

Audi pourrait donc remplacer son A1 par un modèle un peu plus grand, qui pourrait faire écho à l'Audi A2. Le patron d'Audi s'est d'ailleurs exprimé concernant cette hypothèse : "Peut-être pas exactement avec ce design, mais j'aime l'A2. Nous discutons en interne du segment de l'A2 également. Donc il pourrait s'agir d'une A2 ou d'une E2, ou une A3 ou une E3. Nous en discutons en ce moment."

Le "E" symbolise certainement le fait qu'il s'agira d'une voiture électrique. De ce fait, si une "Audi E2" voit le jour, elle reposera sans doute sur la nouvelle plateforme MEB du groupe Volkswagen, la même que la Volkswagen ID.3. Ce ne serait pas vraiment une surprise puisque la firme aux anneaux n'a jamais vraiment abandonné l'idée d'une descendante à l'Audi A2. En 2011, il y a eu l'A2 Concept, puis un concept-car de segment B nommé AI:ME en 2019, dont les lignes peuvent faire écho à la petite A2 du début des années 2000.