Ce modèle, qui était utilisé par la BRI, affiche plus de 250'000 kilomètres au compteur.

Comme vous n'êtes sûrement pas sans le savoir si vous suivez avec assiduité l'actualité automobile, la Gendarmerie renouvelle actuellement une partie de sa flotte automobile, notamment celle de la BRI, la Brigade Rapide d'Intervention. La plupart des vieillissantes Renault Mégane R.S. ont été remplacées par des Seat Leon Cupra de précédente génération, ce qui n'aura pas manqué de défrayer la chronique il y a quelques semaines.

La Gendarmerie se débarrasse donc au compte-goutte de ses anciennes Renault Mégane R.S. qui ont du vécu, en témoigne cet exemplaire actuellement proposé aux enchères sur Internet. Ce modèle, qui se trouve à Lyon, s'adresse à une clientèle particulière puisque les enchères sont réservées aux professionnels de l'automobile. Estimée à 3800 euros, la voiture a déjà doublé son estimation avec une enchère maximale qui s'élève à 7600 euros à l'heure où nous écrivons ces lignes. Cette vente, qui prendre fin le mercredi 7 avril à 14h, devrait probablement atteindre les 10'000 euros, voire plus.

Renault Mégane R.S. Gendarmerie

C'est d'ailleurs à peu près à cette somme que s'est échangée, en octobre dernier, une autre Renault Mégane R.S., avec un moteur qui était pourtant hors service. Le modèle proposé aux enchères aujourd'hui est un peu plus intéressant dans le sens où le moteur semble fonctionner.

Mise sur la route en avril 2011, cette Renault Mégane R.S. est loin d'être dans un état exceptionnel, puisqu'il manque de nombreuses pièces, quand elles ne sont pas tout simplement hors d'usage. La voiture totalise un kilométrage non-garanti de 254'163 kilomètres, tandis que l'intérieur et l'extérieur sont qualifiés de "dégradés". L'annonce précise également que la voiture ne pourra pas repartir par la route, l'auto devra obligatoirement être enlevée avec un plateau.

Renault Mégane R.S. Gendarmerie

D'ici les prochains mois, d'autres Renault Mégane R.S. de la Gendarmerie vont sans doute être proposées à la vente, en attendant que toutes les Seat Leon Cupra soient livrées. Comme énoncé plus haut, l'arrivée des modèles Cupra dans la flotte de la BRI a fait grincer quelques dents, la Gendarmerie ayant même stoppé ses commandes auprès du constructeur espagnol. Certains grands pontes voient d'un mauvais œil l'arrivée d'une voiture sportive non-française au sein de la BRI, notamment parce que certains constructeurs français proposent aussi des voitures sportives pouvant satisfaire aux besoins de la Gendarmerie.

De ce fait, la Gendarmerie envisage de lancer un nouvel appel d'offres pour compléter son parc de véhicules, et ainsi revenir à une marque française pour la BRI en faisant cohabiter les quelques Seat Leon Cupra déjà livrées avec un autre modèle. Si la Renault Mégane IV R.S. ne semble pas cocher toutes les cases du cahier des charges, notamment en raison de rejets polluants trop élevés, la nouvelle Peugeot 508 PSE pourrait faire office de remplaçante idéale. Affaire à suivre donc.