Le pilote avait notamment traversé la piste et jeté la partie avant de son kart vers l'un de ses concurrents en pleine course.

En octobre dernier, lors de la finale du Championnat du monde de karting qui se déroulait en Italie, plusieurs incidents ont défrayé la chronique. Les images ont d'ailleurs été largement relayées à l'époque, notamment par la nature des faits, puisque Luca Corberi, 23 ans, qui disputait une course dans la catégorie KZ, a tout simplement traversé la piste et jeté la partie avant de son kart vers l'un de ses concurrents en pleine course.

Pour ne rien arranger à son cas, une bagarre avait ensuite éclatée entre les deux pilotes dans le paddock. Un tel comportement fut évidemment jugé inacceptable et condamné par de nombreux acteurs du sport automobile. Dès le lendemain de l'incident, Luca Corberi avait lui-même indiqué qu'il se retirait de la compétition. Malgré cette démarche, la FIA a lancé une enquête, et le Tribunal international de la fédération vient tout juste de rendre son verdict.

La sentence est lourde puisque Luca Corberi écope d'une suspension de 15 ans de compétition. Pourtant, les avocats du pilote italien avaient insisté sur le fait que les autorités italiennes avaient déjà agi à son encontre. De ce fait, la FIA ne pouvait pas le sanctionner à nouveau pour les mêmes faits. Mais visiblement, les arguments de la défense n'ont pas été entendus, puisque le tribunal a indiqué que les procédures devant les autorités italiennes concernées étaient toujours en cours. De plus, la FIA possède une juridiction indépendante dans le cadre de cette affaire.

Les avocats de Luca Corberi avaient également souligné que la réaction de leur client avait eu lieu dans un moment "de colère, déterminée par des faits injustes d'autres pilotes", puisque cet incident est survenu suite à une collision ayant entraîné une sortie de piste. La FIA a même envisagé une suspension à vie pour le pilote italien, mais il a été estimé qu'une chance devait lui être laissée de pouvoir revenir à la compétition.

Toujours est-il qu'avec une suspension de 15 ans "de tout événement de sport automobile organisé, directement ou indirectement, par la FIA ou les ASN [autorités sportives nationales], ou d'exercer tout rôle ou fonction au sein de la FIA", nous ne risquons pas de le revoir de sitôt.