Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Plus on avance dans le temps, plus les voitures deviennent complexes, avec un nombre de technologies embarquées parfois hallucinants. Certains modèles comptent jusqu'à 50 systèmes d'aide et d'assistance à la conduite, sans prendre en compte les technologies liées à la connectivité qui, elles aussi, arrivent en force dans nos autos.

Revenir à quelque chose de plus simple, c'est ce qu'à voulu faire l'association WeShift, un consortium regroupant quatre industriels haut-savoyards (Groupe Savoy, M2O Group, Alpes usinage et Pracartis). Au salon VivaTech, WeShift a présenter une voiture dans son plus simple appareil, une "bagnole" en soit.

La Bagnole

Et c'est justement le nom choisi pour cette drôle d'auto électrique qui affiche moins de 300 kg sur la balance. Là encore, avec des voitures électriques qui pèsent, pour la plupart, aux alentours des deux tonnes, la Bagnole se démarque assez largement.

Cette petite voiture électrique biplace fait forcément écho à la fameuse Citroën Méhari et revient aux fondamentaux de l'automobile : 283 kilos sur la balance, quatre roues, deux moteurs électriques au niveau des roues arrière, jusqu'à 15 ch et entre 50 et 100 km d'autonomie selon les équipements.

La Bagnole

La voiture, bridée à 45 km/h, est accessible dès 14 ans. Une version non bridée qui peut atteindre 80 km/h en vitesse de pointe est aussi disponible pour les personnes titulaires du permis B. Les performances sont intéressantes, avec un 0 à 40 km/h annoncés en seulement 4 secondes. La structure de la voiture est en aluminium et la capacité d'emport est de 150 kg. Le volume du "coffre" est annoncé à 650 litres.

La Bagnole est d'ores et déjà en pré-commande moyennant un chèque de 990 euros. Les premières livraisons sont attendues début 2023 et le modèle est affiché à 10 900 euros.

Galerie: La Bagnole

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?
Commentez!