Le terme "custom", appliqué aux motos, ne fait qu'effleurer la surface de ce que ce genre peut être. Certaines personnes installent quelques pièces boulonnées, appliquent un revêtement ou une nouvelle peinture et s'arrêtent là. D'autres font un virage à 180 degrés et construisent une machine totalement nouvelle.  

Il est assez amusant de constater, que les deux motos de cet exemple peuvent être considérées comme des "customs", mais, là encore, l'anglais est bizarre. Nous ne sommes pas là pour en débattre. Nous sommes plutôt venu vous dire que la légendaire moto RoaDog, construit à l'origine par William "Wild Bill" Gelbke dans les années 1960, est bien vivante. 

Reposée dans un musée

En fait, elle est peut-être en meilleure forme qu'elle ne l'a été depuis longtemps. En effet, elle a trouvé sa place au musée Dale's Wheels Through Time à Maggie Valley, en Caroline du Nord.  

Pour ceux qui ne connaissent pas le musée, son slogan est "le musée qui roule". Mais c'est plus qu'un slogan, c'est un simple constat. Le WTT est spécialisé dans les véhicules américains, avec une prédilection pour les motos. Si un véhicule arrive au WTT et qu'il ne fonctionne pas, le propriétaire Matt Walksler et son équipe l'amèneront à l'atelier et feront de leur mieux pour le réparer. 

Un peu d'histoire du RoaDog

Parlons maintenant du RoaDog. Si vous ne saviez rien à son sujet et que vous le voyez en photo un jour, vous pourriez être pardonné de penser qu'il s'agit d'une simple sculpture. Une chose aussi massive et ridicule ne peut certainement pas être montée, n'est-ce pas ?  

À quel point est-il gigantesque ? Le RoaDog mesure environ 3,5 mètres de long et pèse, paraît-il, près de 1 450 kg. Gelbke, ingénieur de formation, l'a clairement construit parce qu'il le pouvait, mais aussi parce qu'il voulait un véhicule de croisière fiable et capable de parcourir de longues distances, qui serait tout à fait heureux de rouler indéfiniment à une vitesse de 145 km/h.  

En 1965, Gelbke s'est donc attelé à la construction de la machine de ses rêves. Il a pris le moteur quatre cylindres de 2507 cm³ d'une Chevy II, ainsi qu'une transmission PowerGlide.

Il y a ajouté un différentiel de Pick-Up Chevrolet modifié, ainsi que des freins à disque de Corvette. Plutôt que d'essayer de maintenir ce mastodonte avec les béquilles latérales ou centrales habituelles des motos, il a utilisé un système de quatre vérins hydrauliques, deux à l'avant, deux à l'arrière, pour maintenir le RoaDog en position verticale lorsqu'il est garé. 

Gelbke a ensuite passé des années à parcourir l'Amérique sur sa nouvelle création, accumulant environ 30 000 km. L'histoire entre ensuite dans la légende, certains rapports indiquant qu'il est mort lors d'une "dispute domestique" et d'autres lors d'une fusillade avec la police. Quoi qu'il en soit, après sa mort, le RoaDog a disparu, mais Buzz Walneck (célèbre pour ses rencontres d'échange de motos) a fini par le retrouver dans la maison de la mère de Gelbke.  

Il a possédé le RoaDog pendant un certain temps, mais il a fini par tomber entre les mains d'un autre collectionneur. Ce dernier en a fait don au National Motorcycle Museum de Sturgis, dans le Dakota du Sud (puis à Anamosa, dans l'Iowa).  

La résurgence du RoaDog en 2023 

Malheureusement pour les amateurs d'histoire de la moto aux États-Unis, le National Motorcycle Museum d'Anamosa, dans l'Iowa, a annoncé au début de l'année 2023 qu'il fermerait définitivement ses portes en septembre. En conséquence, il prévoyait de vendre aux enchères toutes ses motos, tous ses souvenirs et tous les objets associés, y compris le légendaire RoaDog. 

Quelqu'un a acheté cette moto au musée, mais ne l'a même pas sortie de la remorque avant d'accepter de la vendre à Sean, de la chaîne YouTube Bikes and Beards. Sean, qui est ami avec Matt Walksler, a immédiatement su à qui il devait apporter cette moto pour la remettre en état de marche. 

C'est ainsi qu'est née cette vidéo, dans laquelle Wheels Through Time ne se contente pas de remettre la moto en état de marche, mais fait une balade sur l'engin. C'est à la fois fascinant et terrifiant, et les deux hommes qui l'ont enfourché considèrent que c'est l'une des choses les plus effrayantes qu'ils aient jamais faites. Tourner semble être un cauchemar et en effet, Sean dit qu'il est plus difficile de tourner à gauche qu'à droite, à cause de la position du différentiel.  

Le RoaDog est-il une expérience à vivre en vidéo ? Ou souhaitez-vous faire un tour ? Dans tous les cas, faites-le nous savoir dans les commentaires. 

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?
Commentez!