Premier constructeur automobile mondial depuis des années, la Chine s'apprête à dépasser le Japon pour devenir le premier exportateur mondial de véhicules à quatre roues. L'Empire du Milieu lorgne aussi, et surtout, sur l'Europe.

Même Bruxelles en est consciente et a déjà mis les voitures "made in China" dans sa ligne de mire, en annonçant une enquête sur les incitations accordées par Pékin aux voitures électriques au cours de la dernière décennie. Mais quel est le poids réel du pays sur le Vieux Continent ? Pour l'instant, environ 5% du marché.

Une forte croissance en 3 ans

En attendant les données complètes sur 2023, une première réponse peut être trouvée dans le rapport "La voiture chinoise en Italie : savoir pour décider", publié par la Luiss Business School et présenté par le directeur scientifique Fabio Orecchini. L'analyse montre les chiffres enregistrés par les véhicules "made in China" en 2022 et au cours des neuf premiers mois de l'année dernière.

Nous parlons de 462 600 immatriculations (4,8% du marché) pour la période janvier-septembre 2023. Sur l'ensemble de l'année 2022, les chiffres s'élevaient à 455 400 (4% de part de marché). Il n'a donc fallu que trois trimestres pour dépasser le total cumulé de l'année précédente. Et qui sait quelles surprises réserveront les chiffres complets lorsqu'ils seront publiés.

MG ZS 2024, nuova finitura sportiva

MG ZS 2024

BYD ATTO 3

BYD Atto 3

Foto - DR 5.0

DR 5.0

Sur le plan économique, la valeur de l'import-export Chine-Europe atteint ainsi 9,37 milliards d'euros en 2022 (+432% par rapport à 2020) et près de 16 milliards en 2023, permettant au pays de dépasser le Japon, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et les États-Unis dans les échanges avec le Vieux Continent.

Si nous examinons ensuite les données de motorisation, nous constatons que pas moins de 70,8% des voitures chinoises immatriculées en Europe entre janvier et septembre 2023 sont équipées d'un moteur électrique. Il s'agit de 327 000 voitures, soit 22,9% de tous les véhicules entièrement électriques achetés, contre 324 000 pour l'ensemble de l'année 2022.

Voitures chinoises en Europe 2022 2023 (janvier-septembre)
Immatriculations 455 400 462 600
Parts de marché 4% 4,8%
Valeur import-export 9,37 milliards d'euros 15,95 milliards d'euros
Tout électrique 324 000 327 000
(70,8% des exportations
et 22,9% des BEV vendus)
Nouvelles marques 11 200 ventes
(2,5% du marché)
19 800 ventes
(4,3% du marché)
"Made in China"
de marques non chinoises
54,4% des exportations 46,4% des exportations

Les clés du succès

Mais comment la Chine se développe-t-elle dans notre partie du monde ? Les clés du succès (naissant) de la Chine sur le Vieux Continent sont multiples. Tout d'abord, l'arrivée de jeunes marques spécialisées dans les voitures électriques : 19 marques ont débarqué depuis 2021, pour atteindre 23 d'ici 2024.

Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, car les immatriculations de ces acteurs représentent encore 2,5% du marché 2022 et 4,3% des 9 premiers mois de 2023 (ce qui correspond à 11 200 et 19 800 ventes).

Plus incisives, cependant, ont été les mesures adoptées par Pékin pour accueillir les marques étrangères, permettant ainsi au pays de devenir un centre d'exportation mondial. En effet, pour trouver une place à l'ombre de la Grande Muraille, les constructeurs étrangers ont dû s'allier aux constructeurs locaux ; les résultats indiquent aujourd'hui que la majorité des voitures "made in China" immatriculées en Europe (54,4% en 2022 et 46,4% au cours des trois premiers trimestres de 2023) ont une marque non chinoise, Tesla étant en tête des exportations.