Quel engin ! Non mais quel engin ! Dommage qu’il ne soit pas vendu en France…

Quand la Renault Clio est la championne des ventes toutes catégories en France, outre-Atlantique, le gabarit est tout autre. On parle en effet du Ford F-150. Un gros pick-up qui en passerait pas dans la plupart de nos villes. Il est aux grandes plaines et aux gigantesques artères droites ce que notre Clio est aux centre-villes. Et en 2016, il s’en est vendu plus de 820’000. Et ça fait 35 ans que ça dure !

Quatre générations pour la Renault Clio. Treize déjà pour le F-150 ! Et ce n’est pas prêt de s’arrêter puisque le modèle actuel, débarqué en 2014 vient être restylé. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est sa version Raptor. Une déclinaison sportive, si si, développée par Ford Performance. En continuant l’analogie avec la citadine française, on pourrait presque dire que le F-150 Raptor est la Clio R.S. des Etats-Unis !! Trêve de comparaison mal à propos puisqu’en réalité le F-150 Raptor n’a aucun équivalent chez nous, comme nous avons pu le constater en prenant son volant pour une prise en main… musclée !

Essai Ford F-150 Raptor

Taillé pour les grands espaces, pas pour chez nous !

Rendez-vous est donné à Univers Tout-Terrain, sur le circuit de la Ferté-Gaucher, en Seine-et-Marne (77). C’est là que nous attend cette bête que l’on n’a pas l’occasion de croiser souvent dans nos contrées. Et heureusement parce qu’il fallait partager la chaussée avec un tel mastodonte, la circulation serait compliquée. De face, c’est un cube. Deux mètres de haut. Deux mètres de large. Et cette face avant intimidante avec cette calandre qui ne fait qu’une bouchée de la pourtant fameuse "single frame" d’Audi. Petit joueur à côté.

Essai Ford F-150 Raptor
Essai Ford F-150 Raptor

Et puis ce F-150 Raptor fait également 5,60 mètres de long. Il faut aller chercher chez Rolls-Royce chez nous (la Phantom Coupé et ses 5,61 m) pour trouver la même taille. Sauf qu’en double cabine, notre pick-up peut aller jusqu’à 6 mètres. USA - 1. Europe - 0. Le Volkswagen Amarok ne fait pas le poids avec 5,32 mètres. Même le petit frère, le Ford Ranger, 5, 36 m quand même, fait pâle figure à côté…

Lire aussi:

Mais plus que tout c’est la musculature qui se dégage de ce F-150 Raptor qui impressionne. Des ailes élargies, des passages de roues gigantesques, un capot ajouré, des rétroviseurs de camion… Et puis il y a ces deux grosses sorties d’échappement à l’arrière. Des vraies. Pas juste pour la beauté du geste. Enfin, détail sympa de ce Ford F-150 Raptor, sa benne. Du moins l’accès à la benne puisque dans la porte arrière est dissimulée une sorte d’échelle, avec poignée qui se déploie pour aider à grimper dedans.

Essai Ford F-150 Raptor
Essai Ford F-150 Raptor
Essai Ford F-150 Raptor

Confort rustique

De prime abord, on n’a pas l’impression que ce Ford F-150 Raptor ait quatre portes. Et pourtant c’est bien le cas avec des portes antagonistes à l’arrière. Et si la hauteur de l’engin n’aide pas à grimper dedans, cinq personnes prennent place à l’intérieur sans problème. Un habitacle par ailleurs presque moins rustique qu’on n’aurait pu le penser.

Essai Ford F-150 Raptor
Essai Ford F-150 Raptor

Enfin, le plastique est quand même omniprésent. Tout est carré à l’intérieur. Pas de place à la fantaisie. Comme à l’extérieur finalement. Mais côté équipement, c’est quand même assez cossu, notamment avec cet écran central qui regroupe l’infodivertissement, mais aussi le système Sync 3 ou encore la caméra 360°. Pratique pour voir ce qui se passe plus de 5 mètres derrière, ou alors juste devant le 4x4.

Si le passager se sentira éloigné du conducteur, mention spéciale à ce rangement central, entre les deux places, qui sert d’accoudoir. En le soulevant, il y un gouffre qui permettrait presque de ranger un pack de six bouteilles de 2 litres. De Coca, forcément !

Essai Ford F-150 Raptor

Un coeur de GT

Allez, place à la conduite. Alors plus qu’un véritable essai, il s’agit (malheureusement) ici plus d’une prise en main du F-150 Raptor. Trop courte, mais suffisante pour avoir un avant-goût de ce qu’il est capable de faire. C’est-à-dire à peu près tout. Mais le premier frisson ne viendra pas de la sonorité de son V6 3.5 EcoBoost biturbo qui supplante, pour des raisons évidentes d’émissions polluantes, l’ancien V8 6.2. Il n’empêche qu’il développe désormais 450 ch contre 411 ch auparavant. Et 691 Nm de couple contre 588 Nm. Mais c’est surtout le même moteur que celui de la nouvelle Ford GT ! Enfin quand même un peu modifié. Mais il y a quand même 60% de pièces en commun !

Essai Ford F-150 Raptor

Un V6 qui grommelle discrètement fenêtre ouverte, presque imperceptible à l’oreille fenêtre fermée, et qui se montre très doux. Un filet de gaz suffit au F-150 Raptor pour s’avancer face à une mare de boue ou une montagne de 7 ou 8 mètres… et franchir l’obstacle sans broncher. Une facilité déconcertante. La boîte à 10 rapports est un modèle de douceur. Et même un terrain qui oblige à un croisement de pont se passe tout en douceur, dans un confort presque déconcertant de l’intérieur. Bien aidé il faut dire par ces énormes pneus 315/70 R17 qui ne semble jamais ou presque perdre de grip.

Essai Ford F-150 Raptor
Essai Ford F-150 Raptor

Et puis voilà que le terrain se dégage, que le F-150 Raptor peut faire jouer toute sa puissance. C’est à ce moment là que du volant on passe d’un mode de conduite à l’autre. Normal, non. Weather, non. Mud and Sand pour la boue ou le sable, non plus. Ah ! Baja ! Le mode sport sur le Raptor. Des rapports qui montent plus vite, une meilleure réponse à l’accélérateur… Et c’est parti, le pickup accélère comme une sportive, mais sur un terrain accidentée où une Clio, encore elle, resterait tankée dès les premiers mètres. L’accélérateur se fait beaucoup plus sensible. Rien ne semble pouvoir le Ford. Le V6 est là pour les performances, les pneumatiques pour adhérer partout, et les amortisseurs Fox de compétition au débattement impressionnant pour la sensation de tapis volant. Il ne pas oublier quand même de se jeter sur la pédale de frein pour arrêter cette brute de plus de 2 tonnes. Mais là encore il se laisse faire, sans dévier de sa trajectoire. Les limites de ce F-150 Raptor ? Pas sûr qu’il en ai !

Essai Ford F-150 Raptor
Essai Ford F-150 Raptor
Essai Ford F-150 Raptor

Moins cher qu’un Renault Alaskan !

Redescendons sur terre. Au propre, en sautant à terre, comme au figuré, il n’est pas vendu chez nous. Voilà. Tant pis. Sauf si vous passez par un importateur. Auquel cas il vous en coûtera beaucoup plus cher que le prix affiché aux USA : le Ford F-150 Raptor coûte à  partir de 49’520 $.  L’équivalent de 42’500 € ! Soit moins cher que les Volkswagen Amarok 3.0 V6 TDI de 224 ch et Renault Alaskan que nous avons récemment essayés, tous deux affichés dans les 45’000 € !

Voir aussi:

Rassurez-vous, ou pas d’ailleurs, en passant par un importateur, la facture s’alourdit très vite, entre le voyage en bateau, l’homologation, les changements mécaniques pour passer le V6 en FlexFuel… On dépasse du coup les 100’000 €. Mais à une époque où les pick-up se démocratisent, qui dit que Ford ne fera pas le coup de la Mustang qui a attendu 50 ans avant de franchir officiellement l’Atlantique avec son F-150 Raptor ? La taille des rues chez nous peut-être… Il n’empêche qu’une fois qu’on y a goûté, on n’a plus qu’une envie, c’est de prendre un avion vers les Etats-Unis pour aller le tester dans son milieu naturel !

Photos : Mael Pilven / Motor1.com / Ford

Points positifs Points négatifs
Quelle gueule ! Sonorité du V6 par rapport au V8
Performances du V6      Gabarit taillé pour les USA
Il passe partout                              Prix qui explose à l'importation en France

 

 

Ford Raptor

Motorisation V6 3,5L EcoBoost Twin Turbo
Puissance 450 chevaux / 691 Nm
Transmission Boîte de vitesse automatique à 10 rapports
Type de transmission Intégrale non permanente
Vitesse de pointe 165 km/h
Poids 2082 kilos
Traction 5,4 tonnes
Places 5
Economie de carburant Urbain : 15,3 l/100km / Extra urbain : 13 l/100 km / Mixte : 14,7 l/100 km
Prix de la version testée 49'520 $

Essai Ford F-150 Raptor