Un essai EXCLUSIF alors qu'elle n'arrivera pas avant fin 2018 chez nous. Voire 2019 !

Tom Moloughney du site InsideEVs nous donne ses premières impressions sur la Tesla Model 3.

Ça y est, Tesla commence enfin à augmenter le rythme de production de son insaisissable Model 3. Au cours des cinq premiers mois de disponibilité, il ne s’en est livré qu’un peu plus de 700 unités, la plupart pour des employés Tesla. Mais voici que les premiers non-employés prennent enfin livraison de la voiture pour laquelle il ont laissé un chèque de 1000 $ il y a déjà 20 mois.

C’est pour cette raison que le Model 3 est enfin disponible pour les premiers tests sur route. Et je suis assez chanceux pour avoir un ami qui vient de recevoir sa Tesla Model 3 la semaine dernière, et qui me l’a laissée pour un essai routier.

Essai Tesla Model 3 2018

Tout d’abord, j’aimerais faire un point sur la qualité de fabrication, car il y a eu beaucoup de choses dites sur les forums sur des panneaux de carrosserie extérieurs mal alignés. Et je dois dire que la voiture n’est pas parfaite. Certains n’étaient effectivement pas alignés comme je l’aurais voulu. Cependant, malgré ces légères imperfections, dans l’ensemble, c’est plus qu’acceptable de mon point de vue. Et je n’aurais sûrement pas soulevé la question si ce n’était pas un sujet si largement discuté. Il a fallu que je claque la portière conducteur un peu plus fort que voulu pour qu’elle se ferme complètement, parce que les premières fois que j’ai essayé, la porte ne s’est pas bien fermée.

Lire aussi:

La couleur Deep Blue Metallic est si belle en vrai que je pense la prendre aussi pour ma Model 3. L’espace offert par le coffre est plus grand que ce que j’imaginais, et avec les sièges arrière rabattables presque à plat, cela laisse pas mal de place. Il y a également un compartiment inférieur dans le coffre pour ranger des articles comme le câble de chargement, des outils… On y accède simplement en soulevant le panneau de plancher amovible. Le coffre à l’avant, sous le capot, n’est pas aussi grand que lui de la Model S, mais il offre toujours un bel espace de chargement supplémentaire. Les sièges arrière sont très confortables et la garde au toit est importante, une impression renforcée par le fait que l’on soit sous un toit vitré.

Essai Tesla Model 3 2018
Essai Tesla Model 3 2018

Les sièges avant sont également très confortables. Je dirais même qu’ils sont meilleurs que les sièges d’origine de la Tesla Model S, mais pas tout à fait aussi bien que les sièges Next Génération qui sont désormais de série sur la Model S. Je dois admettre que j’étais un peu déçu de la façon dont le grand écran central contrôle tout. Il est vrai que je l’avais lu, et je savais un peu à quoi m’attendre. Mais c’est différent quand vous êtes dans la voiture et que vous êtes obligé de passer par l’écran tactile pour effectuer des tâches aussi simples que d’ouvrir la boîte à gants ou allumer les essuie-glaces.

Essai Tesla Model 3 2018

Je suis pour la simplification des commandes. Mais peut-être que Tesla a poussé le bouchon un peu loin. Je n’aimerais pas que tout soit contrôlé par l’écran central. On doit en plus quitter la route des yeux et tourner la tête à droite pour chaque information, ainsi que pour activer les commandes en conduisant, ce qui ne me semble pas être le plus sûr. Peut-être que je m’y habituerai quand j’aurai ma Tesla Model 3, mais je reste sur ma première impression et je préfèrerais au moins avoir une commande complète des essuie-glaces via un commodo, avec un petit affichage face au conducteur ou un affichage tête-haute pour les informations vitales. En l’état, vous pouvez activer les essuie-glaces pour un simple balayage et nettoyer rapidement le pare-brise avec la commande latérale gauche. Mais vous devez aller sur l’écran central pour qu’ils restent allumés.

Essai Tesla Model 3 2018
Essai Tesla Model 3 2018

En revanche la bonne idée, c’est que lorsque vous activez les essuie-glaces avec le commodo de gauche, l’icône d’activation permanente des essuie-glaces apparaît sur l’écran central pour faciliter l’activation. Mais vous devez quand même quitter la route des yeux pour trouver l’icône à appuyer, et ceci alors que votre visibilité est peut-être déjà réduite par des intempéries. Il y a un commodo sur la colonne de direction pour activer le lave-glace ou les essuie-glaces, pourquoi ne pas permettre d’en avoir le contrôle total ? Le changement pour le changement, ce n’est pas toujours la meilleure décision.

Dernières infos Tesla:

Autre grief, la rétrovision dans la vitre arrière qui n’est vraiment pas terrible. Je me suis rendu compte de cela quand, arrêté à un feux tricolore, de nuit, je n’arrivais pas à dire s’il y avait une voiture derrière moi ou pas. La place arrière est tellement haute que vous ne pouvez pas voir les phares des voitures qui sont derrière vous à moins qu’elles soient vraiment loin. Mon ami à qui appartient la voiture m’a d’ailleurs fait la même remarque, expliquant qu’il avait allumé la caméra de recul plusieurs fois pour voir s’il y avait une voiture derrière. Il faut peut être précisé qu’il a la vitre arrière teintée, ce qui contribue à diminuer la visibilité arrière, mais ce n’est pas non plus une teinte très foncée. Le fait est que la zone de vision arrière est courte et étroite. Ce n’est donc pas tant une question de vitre teintée que de surface vitrée qui se termine trop haut pour permettre une bonne visibilité extérieure.

Essai Tesla Model 3 2018

Sur la route, la Tesla Model 3 ne déçoit pas. Elle paraissait d’ailleurs plus rapide de 0 à 60 mph (96 km/h, ndlr) que les 5,1 secondes annoncées. Confirmant les récentes mesures de Motor Trend qui a annoncé un temps de 4,8 secondes. Je me demande à quel point la sous-estimation de la rapidité du Model 3 ne fait pas partie d’une campagne anti-Model 3 ? La prise en main est également impressionnante. Même si je n’ai pas pu trop pousser la voiture, étant donné que c’est la voiture d’un ami qui a eu la gentillesse de me la prêter pour l’essai, et que j’étais sur route ouverte. J’ai quand même pu tester et apprécier l’agilité de la voiture. La direction est assez directe, et il n’y a pratiquement aucun roulis. J’aimerais vraiment tester un Model 3 sur piste. Le rayon de braquage en revanche n’est pas aussi court que je le pensais pour une voiture de cette taille, mais il ne pose pas non plus de problèmes.

Le freinage à récupération d’énergie cinétique dispose de deux réglages. Standard et Low. Le premier des deux permet un freinage plus agressif, mais pas non plus autant que sur une BMW i3. J’aime le freinage régénératif comme le café, plus c’est puissant, meilleur c’est. Et à cet égard, le Model 3 est un peu moins puissant que d’autres. J’aurais aimé que Tesla ajoute un réglage plus fort que le Standard, et que le client puisse décider de ce qu’il préfère. Personnellement, je pense que Chevrolet a le meilleur système de freinage régénératif actuellement disponible, permettant de choisir différents niveaux de force ainsi que d’offrir des palettes au volant pour appliquer instantanément la force maximale de freinage. Je pourrais conduire une Bolt toute la journée sans avoir à toucher à la pédale de frein.

Tesla Model 3

Le régulateur de vitesse adaptatif a bien fonctionné durant l’essai. Pour l’activer, vous devez appuyer sur le commodo de gauche. Et pour activer l’Autopilot, appuyez deux fois rapidement sur la même commande. Mais voilà qu’il faut encore passer par l’écran central pour augmenter ou réduire la vitesse du régulateur. Une fois qu’elle est réglée, c’est encore sur l’écran central que vous modifiez la vitesse si besoin. Sauf si vous désactivez le régulateur, ralentissez, et réenclenchez le régulateur une fois atteint la vitesse voulue. Ç’eut été plus facile de le faire directement via le commodo. Le système Autopilot fonctionne bien mais a tendance a rebondir d’un côté à l’autre de votre voie de circulation, même si la voiture reste bien dans la même voie. Mais ce n’est pas aussi stable qu’espéré.

Les deux boutons sur le volant servent à régler les rétroviseurs extérieurs et la position de la colonne de direction. Je n’ai pas réussi à trouvez d’autres utilisations mais peut-être ont-ils d’autres fonctions que je n’ai pas eu le temps de découvrir. Et puisqu’il est question des rétroviseurs, ils sont à gradation automatique pour réduire l’éblouissement, et peuvent se replier automatiquement quand vous vous garez. Deux fonctions qui peuvent être activées ou désactivées via l’écran central.

Essai Tesla Model 3 2018
Essai Tesla Model 3 2018

La caméra de recul a un drôle d’effet "fisheye" que je n’ai pas l’habitude de voir. Il déforme le champs de vision, presque trop. Peut-être est-ce fait de manière à ce que la vision soit plus large mais personnellement j’aurais préféré ne pas avoir cet effet. Il est vrai qu’il s’agit d’un détail, mais cela vaut la peine d’être souligné car je n’avais jamais vu ça. Mais peut-être que ce sera corrigé dans le futur.

Nous nous sommes arrêté au Superchargeur de San Clemante, en Californie. Il y a 20 bornes, et nous étions les seuls pour recharger. Un arrêt rapide nous a permis de reprendre 25 kWh et nous a coûté 5 $. Nous n’avions pas vraiment besoin de nous arrêter mais mon ami voulais juste essayer un Superchargeur pour la première fois.

Essai Tesla Model 3 2018

Dans l’ensemble, je suis impressionné par la Tesla Model 3, et après l’avoir conduite, je suis toujours très heureux de faire partie de ceux qui l’ont commandé le premier jour. Mais n’étant pas client Tesla auparavant, et habitant sur la côte Est, ma livraison devrait encore attendre quatre mois.

Bien que ce court essai de la voiture ait soulevé quelques inquiétudes quant à la nécessité de passer par l’écran central pour effectuer des tâches simples pendant que vous conduisez, je suis toujours très impatient de recevoir mon propre Model 3.

 
Source: Insideevs

2018 Tesla Model 3 essai par Inside EVs