C'est la version qui a la plus grosse autonomie !

La gamme Tesla ne compte que trois modèles. Dont deux seulement sont déjà sur nos routes : la berline Model S, et le SUV Model X. En attendant la Model 3 pour 2019. À voir la durée de vie de certaines voitures chez les constructeurs, on pourrait se dire que ces deux là ne sont plus tout récents : 2012 pour la première, 2015 pour la seconde. Si ce n’est que Tesla ne fait rien comme personne. Et fait évoluer sa gamme en permanence. Parfois même dans la plus grande discrétion.

C’est pour cela que nous repartons essayer un Model X qui, d’apparence, n’a rien de neuf. D’apparence seulement. Car nous avons cette fois-ci la version 100D, pas la plus puissante mais celle qui peut nous emmener le plus loin. Les options ont changé. Les garnitures intérieures aussi. Jusqu’au logiciel, qui vit ses derniers moments avant une mise à jour annoncée.

Essai Tesla Model X 100D

Il fait (toujours) tourner les têtes

Comme précisé à l’instant, d’extérieur, notre Tesla Model X 100D du jour n’a pas changé depuis notre 90D d’avril 2017. Si ce n’est au niveau des couleurs. Blanc nacré jantes noires. Ça en jette. On pourrait croire que ce n’est pas si discret que ça mais en fait, c’est loin d’être la configuration la plus tape-à-l’oeil. Et pourtant, le Model X, même plus d’un an et demi après son arrivée en France, continue de faire tourner les têtes. Il est vrai qu’on en voit moins que de Model S. Et puis il y a toujours ce fantasme qui entoure Tesla, celui d’une marque jeune qui concurrence les plus grands. De voitures 100% électriques hyper performantes. Et puis de son PDG pour le moins médiatisé.

Sachez que parmi les changements récents dans la gamme Tesla, il y a la simplification de la configuration des modèles. Et il ne s’agit presque plus que d’options esthétiques. Dans le cas du SUV, cinq couleurs et trois dessins jantes. Facile à choisir. Notre modèle d’essai opte pour le blanc nacré multicouches à 2100 euros, et les jantes Turbine Noir Onyx de 22 pouces à 5800 €.

Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D

Vocation familiale

Même constat sur le configurateur en ce qui concerne l’intérieur de ce Model X. Il existe 5 configuration différentes, du cuir blanc au cuir noir, en passant par le beige ou encore les sièges en tissu. Notre modèle noir premium (option à 3500 €) se dote en plus, pour 250 € des inserts en fibre de carbone. C’est sobre. Presque un peu austère. "Minimaliste" préfère dire Tesla. Mais avec une touche de sportivité du plus bel effet. On nous présente également quelques menues modifications, comme le logo au centre du volant, désormais mat et non plus brillant, ou encore les inserts de garnitures de portes dont la forme a sensiblement changé. Rien de flagrant. Mais c’est aussi comme ça que Tesla arrive à rester à la page ! Une nouvelle façon de faire que d’autres constructeurs pourraient être tentés de suivre ?

Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D

Toutes les options disponibles auparavant sont désormais de série ! On parle notamment du système audio haut-de-gamme, des sièges chauffants (les 5, 6 ou 7 sièges !), des dégivreurs d’essuie-glace (ex-pack Climat Glacial) ou encore du fameux filtre à air HEPA et son mode de défense contre les armes bactériologiques… Tout ça est désormais inclus dans le pack d’extensions Premium.

Cruel dilemme, il faudra quand même choisir votre configuration, 5, 6 ou 7 places. Sachant que le 7 est le plus familial, et le 6 le plus luxueux. D’où son prix supérieur, 6300 €, même avec une place de moins, parce que les sièges individuels sont plus confortables qu’une banquette. Une console centrale arrière peut être choisie sans surcoût pour faire encore plus limousine. En revanche, les sièges de cette seconde rangée, aussi confortables soient-ils, auraient quand même pu avoir un dossier inclinable. Les versions 5 et 7 places, avec leur banquette au centre, restent les plus pratiques.

Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D

Dernier petit mot sur les fameuses portières façon ailes de mouette. Toujours aussi belles à regarder se déployer, elles se sont désormais avérées utiles puisque depuis notre premier essai du Model X, la famille s’est agrandie et le siège bébé fait partie des indispensables de voyage. Et si elles sont toujours un peu longues à s’ouvrir, notamment quand on a oublié quelque chose à aller chercher rapidement à l’arrière, elles se sont montrées être les meilleures amies du siège et du bébé. Et surtout de celui qui les installe. Même dans un parking, coincé entre deux voitures. Bien plus pratique que des portières classiques !

Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D

Pour rouler loin

En attendant de pouvoir nous asseoir dans les prochains concurrents du Tesla Model X, notamment en provenance d’Allemagne, les sensations au volant de ce gros SUV américain restent uniques. Aussi imposant et peu à l’aise en centre-ville soit-il, notamment à cause d’un angle de braquage conséquent, son absence totale de bruit lui confère une légèreté indescriptible.

Les jantes de 22 pouces de chaque côté des 2 mètres de large nous donnent des sueurs froides dans les parkings sous-terrain. D’autant qu’à part une caméra arrière, il vous faudra compter sur vos bons vieux rétros et votre doigté pour ne pas les rayer. Là où Audi par exemple permet d’afficher sa voiture en 3D dans son environnement en temps réel pour la visualiser sous tous les angles. Avec le nombre de caméras du Model X, on aurait espéré mieux !

Tesla Model X photos officielles

Sur la route, le Model X relève plus de la limousine que du SUV. Sa facilité d’utilisation est aussi un brai bonheur. Si certaines commandes nécessitent d’aller chercher un peu loin dans les menus de l’écran, quand on prend la route, on tire le comodo derrière le volant à gauche, et le régulateur adaptatif est enclenché. Très souple et naturel dans son utilisation, il nous réserve quand même quelques surprises à l’entrée ou la sortie d’un tunnel par exemple, où le changement de luminosité le fait freiner furtivement mais brutalement. Un peu dangereux. Presque un peu trop sensible ou prédictif. Pareil dans certains longs virages d’autoroute. Légèrement affiné, l’Autopilot s’utilise toujours aussi facilement, et semble nous rappeler plus rapidement qu’avant de remettre les mains sur le volant, même quand elles ne l’ont pas quitté. Une manière de se prémunir de ceux qui auraient tendance à se croire dans une voiture autonome.

L’oeil fixé sur le pourcentage de batterie, quand on a tendance à oublier de regarder une jauge à essence dans un véhicule thermique, ce Model X 100D, donné pour 565 km d’autonomie en cycle NEDC ne descend pas si vite que ça. Évidemment pour atteindre un tel kilomètrage, il faudrait être sur un anneau et ne jamais avoir à s’arrêter, ni à accélérer, ni à utiliser la climatisation… Il n’empêche que pour les frileux de l’électrique, et ils sont encore nombreux, de Paris, il n’aura fallu que deux arrêts en Superchargeur d’une vingtaine de minutes chacun pour atteindre notre destination bretonne. Avec encore 25% de charge à l’arrivée. On aurait pu faire un long arrêt de 50 minutes, mais un seul, et n’arriver qu’avec 11% à destination. Mais comme les Superchargeurs délivrent plus de puissance en début de recharge avant de commencer à décroître, mieux vaut faire plus d’arrêts. Mais moins longtemps. C’est juste une question d’habitude.

Essai Tesla Model X 100D
Essai Tesla Model X 100D

Alors c’est sûr il n’y a pas de Superchargeurs partout, même si on atteint actuellement 500 bornes dans 65 stations. Alors à destination, vous avez le choix entre la bonne vieille prise 220V, mais il faut plus de 24 heures pour recharger à fond. En 6/7 heures, on a récupéré une vingtaine de pourcents de batterie. Ou alors on a été étonné de trouver des bornes de recharge accélérée dans de nombreux villages bretons. Peu utilisées visiblement puisque le maire de l’un d’entre eux nous a lancé un "Bienvenue à la borne !" avant de nous avouer qu’en trois ans, il n’avait pratiquement jamais vu une voiture s’y charger… Il faut dire que la complexité d’utilisation doit dissuader. À moins sans doute d’être abonné. Mais pour 2,90 €, vous avez 1h30 de recharge, de quoi récupérer un peu plus de 30 %.

Ce n’est pas mieux à Paris où il nous aura fallu faire trois bornes Belib’ avant d’en trouver une qui fonctionne. Et là encore, sans abonnement, l’utilisation est des plus complexes. Du moins des moins intuitives.

Essai Tesla Model X 100D

Conclusion

En attendant que la concurrence ne fasse ses armes avec une flopée de SUV électriques à venir, le Tesla Model X reste une référence qu’il sera bien dur à rattraper. Comme un bon vin, le Model X s’offre une belle maturation avec le temps. Et justement les années ne semblent pas avoir d’emprise sur lui. Même plus d’un an après notre premier essai et trois ans après sa sortie en Californie, il semble avoir été tout juste présenté.

Reste qu’à 135’000 €, et même si le prix d’appel du Model X est sous les 100’000 €, notre version d’essai n’est pas qu’un SUV familial. C’est aussi un véhicule de luxe. Et justement, il risque de souffrir de la concurrence des premiums !

 
Points positifs Points négatifs
 Look qui ne prend pas une ride         Dimensions du Model X                             
 Habitacle très spacieux

 Aides à la conduite parfois trop intrusives

 Autonomie qui permet de voyager                   

 Prix

Tesla Model X 100D (2018)

Motorisation Moteur synchrone à rotor bobiné en cuivre
Batterie Lithium-ion 100 kWh
Puissance 422 chevaux / 310 kW
Couple maximum 658 Nm
Type de transmission Automatique
Transmission Quatre roues motrices
0-100 km/h 5 secondes
Vitesse maximum 250 km/h
Volume de coffre 187 litres à l'avant / Jusqu'à 1410 litres à l'arrière
Type de charge Prise domestique / Borne publique / Supercharger
Distance en mode électrique 564 km en cycle NEDC
Prix de base 116'500 €
Prix de la version testée 140'150 €
Longueur 5,04 mètres
Largeur 2 mètres
Hauteur 1,68 mètres
Poids 2450 kilos
Places 5, 6 ou 7 places

Galerie: Essai Tesla Model X 100D