Que vaut le nouveau coupé Série 4 ? Voici nos premières sensations au volant des 420i et M440i !

Quand des voitures se ressemblent, ils se font huer. Quand ils prennent des risques pour bousculer, ils sont aussi critiqués. Telle est la dure loi du design chez les constructeurs automobiles. Comme dans beaucoup de domaines, ce sont toujours ceux qui ne sont pas contents qui donnent de la voix. Et BMW avec sa nouvelle Série 4 est sous le feux des critiques avec ses nouveaux "naseaux". 

Mais réduire la toute nouvelle BMW Série 4 à ses deux haricots à l'avant serait un peu dur. D'autant que cette nouvelle génération ne lésine pas sur les nouveautés : hybridation légère, boîte de vitesse à 8 rapports, nouvel amortissement progressif, design intérieur... La BMW Série 4 est-elle la digne héritière d'une longue lignée de coupés BMW ? Arrivera-t-elle à faire oublier son dessin avant aux plus réfractaires ? 

À quelques jours de son arrivée sur nos routes en ce mois d'octobre 2020, nous en avons pris le volant. 

Essai BMW Série 4 Coupé

Un physique pas si déroutant

Si l'on se replonge dans l'histoire de BMW, on comprend vite que le procès fait au design de cette face avant de la nouvelle Série 4 n'est pas légitime. Parfois plus fins, parfois plus larges, verticaux, horizontaux... Les haricots de BMW ont eu presque autant de formes qu'il y a eu de modèles chez le constructeur bavarois. Et si le reproche fait à ceux-ci est d'être trop gros ou trop agressifs, regardez donc des images de la BMW 303 de 1933 ! Faut-il aussi rappeler le design décrié de Chris Bangle à l'époque qui bénéficie désormais d'un "retour de hype" avec des modèles de plus en plus recherchés ?

Essai BMW Série 4 Coupé
Essai BMW Série 4 Coupé

Revenons-en à cette nouvelle Série 4. BMW parle de "design émancipé" de la Série 3. C'est vrai. Et c'est bien de se démarquer du modèle duquel on découle avec une vraie identité. Sinon, vous avez la Classe C Coupé chez Mercedes...

Le trait de crayon de cette nouvelle Série 4 que l'on doit à l'équipe Domagoj Dukec mêle agressivité et élégance. Et la ligne de toit s'étire plus que jamais vers l'arrière. Une vraie petite Série 8 cette Série 4 ! 

À noter quand même que la voiture gagne 12 cm de long par rapport à la précédente génération, mesurant même 6 cm de plus qu'une berline Série 3, à 4,76 m.  

Essai BMW Série 4 Coupé

De la place pour 4

L'intérieur de la nouvelle BMW Série 4 ne diffère pas autant de la berline que l'extérieur de la voiture. Non, dans l'habitacle, on est très proche de ce que l'on trouve dans la berline Série 3. Pas besoin de dire que les matériaux ici sont de très bonne qualité, la finition excellentes, et que tout est aussi beau visuellement qu'agréable au toucher. 

On est en revanche un peu moins fans de l'instrumentation entièrement numérique derrière le volant, affichée sur un écran de 12,3 pouces ou encore l'écran central tactile de 10,3 pouces au centre. De très bonne qualité, et avec le dernier système d'exploitation de BMW très réactif, ils nécessitent un certain temps d'adaptation dans la navigation entre les différents menus, et les très nombreuses possibilités d'affichage. C'est comme tout, il suffit de s'y faire, mais nos quelques heures au volant ne nous auront pas suffit pour bien nous y retrouver. 

Essai BMW Série 4 Coupé

À l'arrière, pas de miracle, on est dans un coupé, avec les inconvénients que cela comporte par rapport à une berline : un accès un peu compliqué derrière les sièges avant qui s'avancent électroniquement (et lentement), deux places seulement car pas de ceinture de sécurité au centre, un pavillon bas... Pour autant, une personne d'1,80 m peut s'installer sans toucher le plafond (ou du bout des cheveux). Quant à la place pour les jambes, elle est très bonne !

Le coffre lui est donné pour 440 litres. C'est quelques litres de moins que sur la génération précédente de Série 4 Coupé, mais sur le nouveau venu, l'accès sera facilité par une ouverture plus grande. 

Essai BMW Série 4 Coupé
Essai BMW Série 4 Coupé

Le son du 6 cylindres... ou rien !

Pour cette découverte de la nouvelle Série 4 Coupé, nous allons faire le grand écart, passant de la 420i, à la M440i. Nous débutons notre essai avec la version la moins puissante de la gamme. 184 chevaux. On retrouve sous le capot de la 420i un bloc 4 cylindres de 2 litres, le seul qui n'est pas proposé avec un système d'hybridation légère. 

C'est dans cette motorisation que la BMW Série 4 Coupé de première génération était/est la plus vendue. Et d'ailleurs, sur cette nouvelle génération, il propose la même puissance qu'auparavant. Il est vrai que ce 4 pattes est "passe-partout". Très doux à l'usage, il se fait vite oublier, tant par l'absence de bruit qu'il dégage, que par son absence de caractère tout court. Bien guidé par la boîte automatique à double embrayage et à 8 rapports, il se montre très linéaire.

Il peut monter dans les tours et vous emmener à des vitesses illégales (au delà de 80 km/h !) mais son 0 à 100 km/h en 7,5 sec en témoigne : ce n'est pas là un grand sportif. Mais il est équilibré, et montre une très belle polyvalence. 

Essai BMW Série 4 Coupé
Essai BMW Série 4 Coupé

Il nous faudra passer au volant de la M440i, le modèle de Série 4 Coupé le plus puissant en attendant la M4 Coupé, pour avec un vrai sentiment d'être dans un coupé. Et sportif. Et la première sensation est auditive. Ben oui, on passe sur le 6 cylindres en ligne, de 3 litres, qui développe 374 chevaux et 500 Nm de couple dès 1900 tr/min, grâce à deux turbos qui viennent lui souffler dans les bronches. Et pas besoin de rouler à des vitesses folles pour qu'il vienne titiller les oreilles. D'ailleurs l'allonge de l'accélération semble presque sans limite, les 374 ch prenant le relais du couple, à partir de 5500 tr/min.

Essai BMW Série 4 Coupé

La seconde sensation au volant de cette M440i, c'est d'être dans un coupé digne de ce nom. Qui pousse fort. Et il est vrai que les 4 roues motrices sont là pour transmettre la puissance au sol. Notre modèle est également bien aidé par le pont arrière avec différentiel autobloquant M Sport, de série avec cette motorisation, et la suspension SelectDrive M en option qui gère toute seule électroniquement les amortisseurs. D'ailleurs l'ESP se déconnecte partiellement, la voiture reprenant alors un tempérament de propulsion ce qui permet de retrouver un tant soit peu les des sensations oubliées. 

Sauf qu'on regrette quand même que la voiture soit aussi linéaire. C'est presque trop parfait. Ça manque un peu de caractère. Non pas que ça n'en ai pas. Mais c'est trop "bon élève", à tout vouloir bien faire. Et ça en oublie d'être amusant. Ce qui laisse toute la place à la future M4 Coupé

Essai BMW Série 4 Coupé
Essai BMW Série 4 Coupé

Conclusion

Ce nouveau coupé BMW Série 4 est efficace, ça ne fait aucun doute. Visuellement d'abord, avec un faciès qu'on n'oublie pas et qui marque une vraie différence avec la berline Série 3. Dynamiquement aussi avec une conduite qui ne souffre d'aucun réel défaut, si ce n'est celui de beaucoup de voitures actuelles, de manquer de caractère, que ce soit sur une 420i ou une M440i, pourtant très dynamique et diablement efficace. Au profit en revanche d'une polyvalence qui rend les deux modèles parfaits alliés du quotidiens. 

Si nous avions la chance d'avoir un choix à faire entre les deux, il ne fait aucun doute que nous opterions pour la plus puissante des deux. Même si côté tarif, c'est quand même le grand écart avec presque 20'000 euros d'écart. À partir de 48'000 € pour la 420i, et 66'889 € pour la M440i. 

 

Galerie: Essai BMW Série 4 Coupé (2021)

BMW 420i / BMW M440i xDrive

Motorisation 4 cylindres biturbo, 1998 cm3 / 6 cylindres biturbo 2998 cm3
Puissance 184 ch entre 5000 et 6500 tr/min / 374 ch entre 5500 et 6500 tr/min
Couple maximum 300 entre 1350 et 4000 tr/min / 500 Nm entre 1900 et 5000 tr/min
0-100 km/h 7,5 secondes / 4,5 secondes
Vitesse maximum 240 km/h / 250 km/h
Transmission Boîte de vitesse automatique à 8 rapports
Type de transmission Propulsion / 4 roues motrices
Longueur 4,768 m / 4,770 m
Largeur 1,852 m
Hauteur 1,383 m / 1,393 m
Poids 1525 kg / 1740 kg
Volume de coffre 440 litres
Places 4 places (+1)
Economie de carburant Consommation moyenne : 6,3 - 6,8 l/100 km / 7,5 - 8,1 l/100 km
Émissions 143 - 156 g/km de CO2 / 170 - 186 g/km de CO2
En vente 22 octobre 2020
Prix de base 48'000 € / 68'400 €
Prix de la version testée 66'889 € / 84'840 €