Booorn, to be wiiiiiiild...

Les deux nouveaux Sportster sortis en 2018 cultivent une certaine culture des années 70. La version "gros cube de l’Iron" et la Forty Eight dans une cuvée Special marquent un retour à une conduite (et une attitude) plus cool.

L’adoption du V-twin Evolution est tout bénef' pour les adeptes de l’Iron, qui cartonne dans sa version 883. Lorsque Harley-Davidson a lancé l’Iron en 2009, deux ans après le passage des 883 à l’injection, la filiation avec le Nightster était évidente, mais la marque tenait à marquer l’identité propre de cette "nouveauté à part entière" dont le nom est un hommage aux anciens XLH Ironhead avec leurs culasses en fonte. L’aspect bobber old school était déjà là et le succès ne se fera pas attendre, au point de propulser l’Iron comme fer de lance de la production Harley en France et formant une rampe de lancement idéale pour la Forty Eight.

Assisté par le Superlow, l’Iron assure aujourd’hui solidement la continuité du fameux 883 sorti en 1986, et contribue à donner un accès facile à la gamme Sportster, tout en se posant comme garant de l’héritage Harley. Mais en passant à 1200 cm3 pour quelques centaines d’euros et quelques petits kilos supplémentaires (36 % de couple en plus martèle-t-on chez Harley), l’Iron adopte sa propre personnalité en se présentant dans une finition seventies avec sa selle "cafe solo" courbée, son phare caréné et un guidon haut "mini-Ape", mais également dans une finition sombre, du traitement des éléments moteur aux échappements, en passant par les 9 bâtons de jante comme sur l’Iron 883. Comme sur cette dernière, la jante de 19 pouces à l’avant est associée à une plus petite roue de 16 pouces à l’arrière, mais grâce au guidon, et à la selle, la position de conduite est moins exigeante que sur l’Iron 883. Au guidon, on apprécie le couple du V-twin américain pour des relances appréciables, y compris sur des routes sinueuses que le châssis sait aujourd’hui apprécier.

Différence pneumatique notable

Le look bobber épuré et racé de la famille  Forty Eight continue à séduire, malgré son caractère exclusif avec sa selle monoplace et son mini-réservoir. L’audacieux Forty-Eight Special signe un retour aux traditions en même temps qu’une invitation à la préparation… La Forty-Eight et ses proportions parfaites avaient véritablement donné un coup de fouet à Harley-Davidson, dont la démarche "Dark Custom" a véritablement porté ses fruits avec ce modèle devenu emblématique avec sa grosse roue avant de 130 (150 pour l’arrière)… Il fallait oser le réservoir peanut d’à peine 8 litres hérité des bidons de 1948, Harley l’a fait.

Revue et corrigée en 2016, notamment du côté des suspensions mais aussi du freinage (même si ce n’est pas le point fort de cette machine…), la Forty-Eight a enfoncé le clou depuis avec une superbe finition, notamment avec les superbes roues en alu moulé à bâtons dédoublés.

La Forty-Eight Special sortie en 2018 est la parfaite incarnation de ce que le constructeur considère comme une passerelle entre la tradition véhiculée par la marque et l’inscription de celle-ci dans le monde moderne, autrement dit le "Dark Custom". Le Forty-Eight et son emblématique gros pneu MT90 sur la roue de 130 à l’avant est ici transfiguré, avec un twin 1200 Evolution valorisé tour à tour par des parties chromées (caches culbus) et un traitement noir sur les cylindres.

La première caractéristique de cette version spéciale sortie en 2018 est évidemment son guidon "Tallboy", qui rehausse la position de conduite de plus de quasiment 18 cm, comme un retour aux traditions sur un modèle très en vogue. Le mini-réservoir "peanut" de la Forty-Eight adopte un graphisme très seventies et en profite pour gagner 400 ml, ce qui le fait passer juste au-dessous des 8 litres de contenance… Pas de quoi pour autant négliger les stations-service, véritable obsession des propriétaires de Forty-Eight, ne serait-ce que pour préserver ses lombaires. On prendra d’autant de plaisir à conduire relax grâce à la position plus relax que sur la Forty Eight originelle. Et pour ceux qui auraient des velléités de conduite sportive, ils se feront rappeler à l’ordre par le peu de garde au sol laissé par les repose-pieds et le long échappement bas frottant au sol quand on insiste un peu…

Fiche technique Harley-Davidson Iron 1200

Moteur V-Twin Evolution, 4 temps, refroidissement à air
Cylindrée et couple 1 202 cm3, 96 Nm
Transmission  Par chaîne, 5 vitesses
Alimentation Injection électronique
Cadre Double berceau tubulaire acier
Suspension avant Fourche Kayaba de 41 mm, débattement 120 mm
Suspension arrière Double amortisseur 
Freinage 1 disque 2 pistons avant, 2 pistons arrière, ABS
Réservoir 7,9 litres 
Consommation 5,2 l/100 km
Longueur 2200 mm
Hauteur de selle 735 mm
Pneus 100/90 x 19 avant, 150/80 x 16 arrière
Poids  248 kilos à sec
Prix 11 290 € (Vivid Black, Twisted Cherry, Billiard White)

Fiche technique Harley-Davidson Forty Eight Special

Moteur V-Twin Evolution, 4 temps, refroidissement à air
Cylindrée et couple 1 202 cm3, 96 Nm
Transmission  Par chaîne, 5 vitesses
Alimentation Injection électronique
Cadre Double berceau tubulaire acier
Suspension avant Fourche Kayaba de 41 mm, débattement 120 mm
Suspension arrière Double amortisseur 
Freinage 1 disque 2 pistons avant, 2 pistons arrière, ABS
Réservoir 7,9 litres 
Longueur 2165 mm
Hauteur de selle 705 mm
Pneus 130/90 x 16 avant, 150 :80 x 16 arrière
Poids  248 kilos à sec
Prix 12 590 € (Vivid Black, Wicked Red, Billiard White)