La structure suisse, seule équipe engagée en LMP1 privé avec l'écurie ByKolles, a choisi de rejoindre la catégorie LMP2 du Championnat du monde d'endurance (WEC) l'an prochain.

Faute de concurrence, Rebellion préfère ainsi batailler dans une catégorie extrêmement relevée et descendre d'un cran en LMP2 l'an prochain.

Depuis deux ans, Rebellion Racing aligne deux prototypes R-One conçus en partenariat avec ORECA, et propulsés par un moteur AER. Cette saison, les deux voitures Rebellion ont remporté l'intégralité des courses dans la catégorie LMP1 privé, devançant à chaque fois le prototype CLM P1-AER du team ByKolles.

Voir : Mark Webber se balade dans Londres au volant de la Porsche 919

Depuis sa première apparition en WEC en 2008 avec les coupés Lola Aston Martin, Rebellion Racing a toujours évolué en LMP1. L'équipe a ensuite entamé une longue collaboration avec Toyota comme fournisseur de moteurs avant de développer son propre châssis à partir de 2014, le R-One, en collaboration avec Oreca. Celui-ci a disposé d'une nouvelle motorisation AER à partir de 2015.

Quatrième au général des 24 Heures du Mans en 2012 et 2014, Rebellion ne rencontre guère d'adversité dans sa catégorie. De plus, l'écart entre les LMP1 privés et les LMP1 hybrides d'usine ne cesse d'augmenter au fil des années, et il est désormais quasiment impossible pour une structure non-officielle de rivaliser avec les Armada Porsche, Audi ou Toyota.

Si Rebellion n'a pas confirmé quel châssis l'équipe utilisera en LMP2 l'an prochain, Oreca, son partenaire de longue date, semble une solution évidente. Enfin, on notera que ce changement de catégorie pourrait permettre à l'équipe suisse d'engager également ses voitures dans le championnat IMSA aux Etats-Unis, et notamment aux 24 Heures de Daytona et 12 Heures de Sebring, le championnat américain alignant notamment des P2 pour sa catégorie Prototype.

Abonnez-vous à la newsletter